Elections 2019: «L’axe PS-N-VA est bel et bien de retour», réagit Charles Michel aux propos de Jan Jambon

©Le Soir/Bruno D’Alimonte
©Le Soir/Bruno D’Alimonte

Pour la tête de liste N-VA à la Chambre dans la province d’Anvers, Jan Jambon, candidat Premier ministre, il est parfaitement envisageable de passer au confédéralisme après les élections du 26 mai prochain, quitte à adapter la Constitution plus tard. Jan Jambon ne partage pas l’avis du Premier ministre sortant Charles Michel qui agite le spectre communautaire dans le débat en cours sur l’opportunité de réviser la Constitution.

► Jan Jambon affirme être ouvert au PS « s’ils laissent tomber beaucoup de leurs revendications »

En réaction à cela, le Premier ministre sortant Charles Michel, qui a gouverné pendant cinq ans avec la N-VA, explique que les éclaircissements de M. Jambon ne font que souligner le danger que représenterait une alliance entre nationalistes et socialistes. « L’axe PS N-VA est bel et bien de retour : séparatisme, chaos communautaire et appauvrissement en prime », a-t-il tweeté en référence aux nombreux mois durant lesquels le pays a été paralysé en 2010 et 2011, et durant lesquels des discussions ont eu lieu entre socialistes et nationalistes, avant que M. Di Rupo devienne Premier ministre d’un gouvernement sans la N-VA. « Non au séparatisme, oui aux réformes socio-économiques, jobs et investissements », a précisé M. Michel qui se targue d’avoir contraint les nationalistes à laisser au frigo leurs revendications communautaires au cours de la législature qui s’achève.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite