Stib: la nouvelle ligne de bus 37 sera inaugurée le 6 mai

Image d’illustration ©D.R.
Image d’illustration ©D.R.

Une nouvelle ligne de bus va voir le jour prochainement dans le cadre du plan directeur bus de la Stib. Elle reliera le sud d’Uccle à la station Albert et sera inaugurée le 6 mai prochain.

La nouvelle ligne 37 desservira les pôles d’échanges de la station Albert (lignes 3, 4, 48, 51 et 54) et du square des Héros (lignes 4, 38, 41, 43, 92 et 98), mais aussi la Place Saint-Job, la piscine Longchamp et plusieurs établissements scolaires majeurs de la commune (comme le Collège Saint-Pierre, l’Athénée Royal Uccle 1, Notre Dame des Champs, l’Athénée Royale Uccle 2, l’École communale du Homborch, etc.).

Nouveau terminus pour le bus 43

L’introduction de la ligne 37 aura une double conséquence sur la ligne de bus 43. Le terminus sud du 43 sera déplacé de Kauwberg à Vivier d’Oie. De l’autre côté de la ligne, un bus sur deux sera limité à Héros au lieu de continuer jusqu’à Observatoire.

Sorry, the PDF couldn't be displayed

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite