Le Premier ministre du Sri Lanka sur les attentats: «Des suspects dangereux sont toujours en fuite»

© AFP
© AFP

Quelques jours après les attentats terroristes au Sri Lanka qui ont fait au moins 321 morts, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a reconnu ce mardi lors d’une conférence de presse que « le pays aurait pu éviter ces attaques – ou du moins, réduire leur nombre ». Tous les poseurs de bombes n’ont pas été identifiés, selon lui.

Il a ajouté que toutes les personnes arrêtées étaient de nationalité srilankaise, précisant que d’autres suspects étaient encore en fuite, armés et dangereux car en possession d’explosifs. Il ignore cependant le nombre des suspects qui ont pris la fuite.

Le Premier ministre a également indiqué qu’un quatrième hôtel était visé mais que l’attentat a échoué.

Les attentats au Sri Lanka commis « en représailles à Christchurch », selon les premiers éléments de l’enquête

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a revendiqué mardi les attaques suicides contre des églises et hôtels de luxe qui ont fait plus de 320 morts et 500 blessés le dimanche de Pâques au Sri Lanka, attentats parmi les plus meurtriers depuis le 11 septembre 2001.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous