Un premier tremblement martien détecté sur la planète rouge

© Belga
© Belga

Un signal sismique faible mais distinct » : le sismomètre français SEIS déployé sur Mars dans le cadre de la mission américaine InSight a capté, le 6 avril, son premier séisme martien, a annoncé mardi l’agence spatiale française Cnes.

La première image d’un trou noir dévoilée (vidéo)

« C’est formidable d’avoir enfin le signe qu’il existe encore une activité sismique sur Mars », s’enthousiasme dans un communiqué Philippe Lognonné, chercheur de l’Institut de Physique du Globe de Paris. « Nous avons attendu notre premier séisme martien pendant des mois », ajoute le père du précieux instrument.

Le sismomètre SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure), dont la responsabilité technique et scientifique est française, avait été déposé le 19 décembre 2018 sur le sol martien grâce à un bras automatique de l’atterrisseur d’InSight arrivé sur la planète rouge le 26 novembre.

Son objectif ? Ecouter battre le cœur de Mars et, séisme après séisme, en apprendre plus sur l’histoire de sa formation survenue il y a des milliards d’années.

La sonde de la Nasa InSight a atterri sur Mars

Une nouvelle discipline : la sismologie martienne

Si selon Bruce Banerdt, responsable scientifique de la mission au sein de la NASA, le tremblement, survenu au 128e jour martien de la mission, « marque la naissance officielle d’une nouvelle discipline : la sismologie martienne », il s’avère trop faible pour fournir des données utiles sur l’intérieur de Mars.

Et, selon les scientifiques, il reste également à confirmer que le tremblement enregistré trouve bien son origine à l’intérieur de la planète et n’est pas dû à l’effet du vent ou à d’autres sources de bruit parasite.

Trois autres signaux, mais bien plus faibles que celui du 6 avril, ont été détectés au cours des deux derniers mois.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite