Une colonie israélienne va porter le nom de Donald Trump, annonce Binyamin Netanyahou

© AFP
© AFP

Binyamin Netanyahou a annoncé mardi qu’une colonie israélienne sur le plateau du Golan occupé allait porter le nom du président américain Donald Trump pour remercier ce dernier d’avoir reconnu la souveraineté de l’Etat hébreu sur la partie de ce territoire syrien annexé par Israël.

Donald Trump : « Le parti démocrate est devenu anti-Israël, anti-juifs »

En visite dans la région avec sa famille à l’occasion des vacances de la Pâque juive, le Premier ministre israélien a déclaré dans un message vidéo qu’il soumettrait prochainement cette résolution au gouvernement.

« Tous les Israéliens ont été profondément émus lorsque le président Trump a pris la décision historique de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan », a-t-il déclaré.

Donald Trump reconnaît officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël

Le plateau du Golan, une annexion jamais reconnue

Israël a annexé 1.200 kilomètres carrés du Golan en 1981, une annexion qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Environ 18.000 Syriens appartenant à la communauté druze – dont la plupart refusent la citoyenneté israélienne – restent dans le Golan occupé, où se sont installés quelque 20.000 colons israéliens dans 33 colonies de peuplement.

Le Kroll : le calcul de Trump en Israël

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite