Pacte d’excellence: la réforme du tronc commun approuvée en commission du Parlement

Pacte d’excellence: la réforme du tronc commun approuvée en commission du Parlement

Après un débat-marathon de près de 18 heures, la commission Education du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mercredi dans la nuit le projet de décret modifiant la formation commune qui sera dispensée à l’avenir à tous les élèves de Wallonie et de Bruxelles, et ce dès la maternelle jusqu’à la troisième année du secondaire.

La redéfinition et modernisation de ce tronc commun constitue l’un des deux grands piliers du Pacte pour un enseignement d’excellence, l’autre étant la réforme de la gouvernance scolaire déjà validée ces derniers mois par ce même parlement.

Ce nouveau tronc commun, qui sera pour l’occasion rallongé d’un an, entend doter tous les jeunes d’un même socle de savoirs et de connaissances dont la maîtrise est jugée indispensable dans la société du 21e siècle.

Pour ce faire, la grille horaire des cours a été revue, et les référentiels -qui servent à la confection de programmes de cours dans les différentes écoles de Wallonie et de Bruxelles- ont été réécrits et actualisés. Ils avaient en effet déjà près de 20 ans d’âge.

Le futur tronc commun s’articulera autour de sept domaines d’apprentissage: le français, les arts et la culture; les langues modernes; les mathématiques, les sciences et la technique; les sciences humaines, la philosophie et la religion; l’éducation physique; la créativité et l’engagement; et enfin la capacité d’"apprendre à apprendre».

Une mise en oeuvre dès 2020

Vu les piètres performances actuelles de l’école francophone, la réforme met l’accent sur l’acquisition et la maîtrise des savoirs de base (lire, écrire, compter) ainsi que la connaissance de la langue française.

Elle ambitionne aussi d’offrir à chaque élève un bagage pédagogique polytechnique et pluridisciplinaire, avec notamment des cours d’informatique, l’acquisition de compétences manuelles, une initiation aux arts et à la créativité, etc.

L’apprentissage des langues modernes sera par ailleurs renforcé: l’enseignement d’une première langue moderne débutera ainsi pour tous dès la 3e primaire. Une seconde langue moderne suivra à partir de la 2e secondaire.

Pour lutter contre l’échec et le redoublement, chaque élève pourra bénéficier de deux heures hebdomadaires « d’accompagnement personnalisé» pour faire face à d’éventuelles difficultés.

La mise en oeuvre de ce nouveau tronc commun devrait débuter dès 2020 dans le maternel, avant d’être étendu aux deux premières années du primaire à la rentrée 2021. L’extension aux années d’enseignement suivantes sera ensuite appliquée selon une progression annuelle afin d’atteindre la 3e secondaire autour de 2028.

A l’issue de ce parcours formatif, les élèves se verront décerner un ’certificat du tronc commun’. Ils pourront alors poursuivre soit dans l’enseignement général, soit dans l’enseignement qualifiant (qui doit être lui aussi revalorisé).

Adopté mercredi aux petites heures en commission par 8 voix pour (PS-cdH), 3 contre (MR) et une abstention (Ecolo), ce projet de décret devrait être définitivement validé le 2 mai prochain à l’occasion de toute dernière séance plénière avant les élections du 26 mai.

Avec ce vote, qui donnera une forme législative cohérente au Pacte pour un enseignement d’excellence, la majorité PS-cdH bouclera le plus important des chantiers ouverts sous cette législature en Fédération Wallonie-Bruxelles.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite