Brésil : la justice allège la peine de l’ex-président Lula

Brésil : la justice allège la peine de l’ex-président Lula

Le Tribunal supérieur de justice du Brésil (STJ) a accordé mardi à l’ex-président Lula un allègement significatif de sa peine de prison pour corruption, lui laissant espérer un aménagement de sa peine.

Après le rejet de moult recours déposés par sa défense, le chef historique de la gauche brésilienne de 73 ans, emprisonné depuis plus d’un an, voit enfin une éclaircie, même s’il n’a pas été innocenté et si ses démêlés avec la justice sont très loin d’être terminés.

Ses avocats ont immédiatement décidé de faire appel du jugement unanime des quatre magistrats de Brasilia qui représente une victoire en demi-teinte pour Lula.

«L’acquittement est la seule issue possible, car l’ex-président Lula n’a commis aucun crime. Pour cette raison nous allons faire appel», a annoncé Me Cristiano Zanin Martins à la presse.

Les magistrats du STJ ont décidé de réduire la peine du prisonnier le plus célèbre du Brésil -- de 12 ans et un mois de prison à huit ans et 10 mois. Ils ont aussi fortement baissé le montant des amendes infligées à Lula pour les avantages perçus indûment.

Deux fois président (2003-2010), Lula est tombé dans les filets de l’enquête «Lava Jato» (Lavage express) autour du gigantesque scandale de corruption lié à l’entreprise pétrolière étatique Petrobras.

«Maintenant Lula va avoir le droit de passer au régime semi-ouvert en octobre, parce qu’il aura effectué un sixième de sa peine», a expliqué à l’AFP Lenio Streck, professeur de droit constitutionnel. «Cela va totalement changer ses perspectives».

Ce régime autorise un condamné à avoir un emploi ou à suivre une formation à l’extérieur de la prison mais l’oblige à rentrer le soir dans sa cellule pour y dormir.

«Recours spécial»

«Le plus probable serait que ce soit à Sao Paulo, parce qu’il a un institut (l’Institut Lula, dans la métropole du sud-est, ndlr), et parce qu’un ancien chef d’Etat a quelques prérogatives», a ajouté le juriste.

Incarcéré depuis avril 2018 à Curitiba (sud), l’ex-chef d’Etat avait été condamné en deuxième instance pour avoir bénéficié d’un triplex à Guaruja (littoral de l’Etat de Sao Paulo) de la part d’un groupe du BTP en échange de contrats avec Petrobras.

Un régime semi-ouvert pour Lula pourrait avoir un impact sur la vie politique au Brésil, où la gauche, défaite par Jair Bolsonaro (extrême droite) à la présidentielle, peine à se relever et où le Parti des Travailleurs (PT) reste orphelin de son chef charismatique.

En novembre, le juge Felix Fischer, du STJ, avait rejeté un «recours spécial» de Lula, mais sa défense avait demandé qu’un collège de magistrats examine ce pourvoi.

Des scenarii très divers avaient été envisagés par les juristes. Le STJ pouvait mardi aussi confirmer la condamnation à 12 ans et un mois de prison de Lula, la réduire avec une possibilité de résidence surveillée, ou acquitter le prisonnier.

«Pourrir en prison»

«Lula est innocent, il mérite d’être acquitté, mais les votes (au STJ) en faveur d’une réduction (de peine) montrent le niveau de persécution et d’arbitraire auquel il a été soumis», a déclaré sur Twitter la cheffe du PT, Glesi Hoffmann.

Lula, qui reste aimé de millions de Brésiliens et haï par des millions d’autres, n’a cessé de dénoncer une persécution politique pour empêcher la gauche de revenir au pouvoir.

«On n’a jamais présenté de preuve contre moi. Je suis un prisonnier politique», a récemment écrit l’ex-président qui avait été empêché de se présenter à un troisième mandat en octobre 2018 alors qu’il était le grand favori des enquêtes d’opinion.

La situation de Lula dans les prochains mois semble promise à de nombreux rebondissements.

L’ex-président a en effet été condamné en février à une autre lourde peine de prison, de 12 ans et 11 mois, par un tribunal de première instance pour avoir fait financer des travaux dans une autre propriété, également en échange de son intercession dans des contrats.

Et le cours judiciaire de cette affaire pourrait compromettre l’octroi d’un régime semi-ouvert à Lula en octobre: s’il était condamné d’ici là en deuxième instance, il ne sortirait plus de prison.

Lula est également mis en cause au total dans une demi-douzaine d’affaires.

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, farouche ennemi de la gauche, avait souhaité à Lula de «pourrir en prison», promettant une lutte sans merci contre la corruption en arrivant au pouvoir en janvier.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite