Sécheresse: des agriculteurs pompent les cours d’eau

Sécheresse: des agriculteurs pompent les cours d’eau

De nombreux agriculteurs pompent l’eau à la source des cours d’eau ou dans les rivières en raison de la sécheresse. Natuurpunt a déjà identifié plusieurs cas de ce type en Hesbaye et en Campine, peut-on lire dans les pages du Belang van Limbourg, Het Laatste Nieuws, Gazet van Antwerpen et Het Nieuwsblad. «Depuis quelques semaines, d’importantes quantités d’eau sont drainées dans nos cours d’eau pour remplir les réservoirs des agriculteurs. On voit même passer des tracteurs portant des plaques d’immatriculation néerlandaises», a déclaré le président de l’association environnementale Natuurpunt Limburg, Stefan Carolus.

> Le cours d’eau le plus pollué d’Europe est belge: «Ridicule», selon ses riverains

> L’année 2018 a été l’une des plus chaudes jamais enregistrées en Europe

«L’été dernier, nous avons été confrontés à une grave sécheresse en Flandre et, particulièrement dans le Limbourg. Cette année le problème semble se répéter, et la situation risque de s’aggraver dans les mois qui viennent. Si le phénomène se poursuit à un tel rythme, cela signifiera un drame pour la nature et l’agriculture», prévient Stefan Carolus. «Le gouverneur ferait bien d’interdire maintenant le captage d’eau dans les cours d’eau non navigables», a-t-il déclaré.

Le gouvernement flamand planche là-dessus actuellement. «Nous avons terminé le travail préparatoire sur le décret afin que la prochaine législature puisse se mettre au travail», a déclaré le porte-parole du ministre flamand de l’Environnement, Koen Van den Heuvel (CD&V).

Les experts conseillent, entretemps, d’économiser l’eau.

>Canicule, sécheresse…: «Nous ne sommes pas sur la bonne voie», met en garde un climatologue

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite