Les époux Fillon renvoyés au tribunal

François Fillon avec sa femme Penelope.
François Fillon avec sa femme Penelope. - EPA.

Il se rêvait président de la République. Il se retrouvera en correctionnelle, vraisemblablement d’ici la fin de l’année, en compagnie de son épouse Penelope.

François Fillon est renvoyé pour détournement de fonds publics, recel, et abus de biens sociaux. Sa femme, pour complicité.

L’ancien Premier ministre n’avait cessé de dénoncer un complot. Mais les éléments que détaillent les juges d’instruction dans leur ordonnance de renvoi sont accablants. En faisant en sorte que Madame puisse exercer des emplois fictifs, Monsieur aurait détourné près d’un million d’euros.

D’assistante parlementaire, Penelope Fillon n’aurait eu que le nom. Les juges d’instruction n’ont pas davantage cru à la réalité d’un travail qu’elle exerçait prétendument à La Revue des deux mondes, un travail « attesté » seulement par quelques rares notes de lecture. Révélée par Le Canard enchaîné, l’affaire Fillon avait dynamité la campagne présidentielle de 2017. Le candidat de la droite partait favori pour l’Elysée. Malgré ses casseroles, il se sera malgré tout incliné avec 20 % au premier tour.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :françois fillon|Détournement de biens
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite