Bart De Wever sur la pension à 67 ans: «C’est comme demander à une dinde si elle fête Noël»

Bart De Wever © Belga
Bart De Wever © Belga

Bart De Wever, le président de la N-VA, était invité à De Octhend, ce mercredi matin. Il a expliqué à la radio flamande qu’il ferait tout pour obtenir 30 % le 26 mai afin de verrouiller toute possibilité de gouvernement fédéral dominé par les francophones et le tsunami des taxes.

Bart De Wever ne cache pas sa crainte de voir Kristof Kalvo, le chef de file du parti Groen, à la tête du gouvernement fédéral.

> Elections 2019 : Ecolo devient le deuxième parti en Wallonie, le MR poursuit sa chute

D’après un sondage réalisé pour le compte de la VRT, du Standaard, de la RTBF et de La Libre, la N-VA reste le premier parti de Flandre, avec 27,9 % des intentions de vote (-4,5 % par rapport à mai 2014), devant le CD&V (14,7 %), Groen (14,6 %) et l’Open VLD (14,2 %).

Interrogé également sur l’allongement de l’âge de la pension, Bart De Wever a répliqué : « Demander aux gens s’ils veulent la pension à 67 ans, c’est comme demander à une dinde si elle fête Noël ».

Sur le même sujet
Bart De Wever
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite