L’aptitude à la conduite confiée à l’Agence wallonne pour la Sécurité routière

© Photo News
© Photo News

Le gouvernement wallon a décidé de confier l’évaluation de l’aptitude à la conduite à l’Agence wallonne pour la Sécurité routière (AWSR) au sein de laquelle sera mis en place, dès le 6 mai prochain, le DAC, le département d’aptitude à la conduite.

Celui-ci aura pour mission d’évaluer et de déterminer l’aptitude à conduire ainsi que les aménagements éventuels à apporter au véhicule de citoyens candidats ou détenteurs d’un permis de conduire qui, à la suite d’une affection médicale, une maladie ou un accident de la vie, présentent une diminution des aptitudes fonctionnelles (physiques et/ou psychiques) pouvant influencer négativement la conduite d’un véhicule.

L’évaluation de l’aptitude à la conduite se pratique depuis un peu plus de 40 ans en Belgique. En 2018, plus de 7.300 dossiers ont été ouverts, dont 2.176 concernent des résidents wallons.

À partir du mois prochain, le département de l’AWSR, financé par le gouvernement wallon, sera seul compétent pour l’évaluation de l’aptitude à la conduite en Wallonie.

Concrètement, les conducteurs concernés pourront s’adresser au point de contact de ce département par téléphone (081/140 400) ou par mail (dac@awsr.be). Ils recevront ensuite un questionnaire médical à remplir par leurs soins et par le/les médecin(s). Les données ainsi récoltées constitueront le point de départ permettant à l’équipe pluridisciplinaire du DAC, composée de médecins, neuropsychologues et ergothérapeutes experts en aptitude à la conduite, d’analyser les données médicales reçues et d’orienter le candidat. Au final, seuls 10 % d’entre eux, en moyenne, reçoivent un avis négatif.

« La décision de confier l’évaluation de l’aptitude à la conduite à l’AWSR se fait dans un souci d’allier un service de qualité et un service de proximité aux personnes », a commenté le ministre wallon en charge de la sécurité routière, Carlo Di Antonio (CDH).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite