Poutine simplifie l’octroi de la nationalité russe aux habitants de l’est de l’Ukraine

Vladimir Poutine © Reuters
Vladimir Poutine © Reuters

Les habitants des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine pourront recevoir plus facilement la nationalité russe en vertu d’un décret signé mercredi par Vladimir Poutine, quelques jours après l’élection du nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky.

D’après ce décret publié sur le site du Kremlin, une procédure simplifiée permettra aux habitants des régions ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk, où une guerre entre des séparatistes prorusses et les forces ukrainiennes a fait près de 13.000 morts en cinq ans, de recevoir un passeport russe.

Seuls les habitants de « certaines parties » des deux régions ukrainiennes sont concernés par le décret, sans que ne soient donnés plus de détails.

Il ne fait cependant guère de doute que la mesure concerne les personnes vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk (DNR) et Lougansk (LNR), régions rebelles prorusses qui échappent au contrôle de l’Ukraine.

Pas plus de trois mois pour étudier les demandes

Le décret précise notamment que les autorités russes ne devront « pas prendre plus de trois mois » pour étudier les demandes déposées.

La mesure « humanitaire » vise à « protéger les droits et libertés de la personne et du citoyen et est guidée par les principes généralement acceptés des normes et du droit international », selon le texte du décret.

Après l’arrivée au pouvoir de dirigeants pro-occidentaux en Ukraine au printemps 2014, une guerre a éclaté dans l’est du pays entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses, soutenus militairement par la Russie selon l’Ukraine et les Occidentaux.

Vladimir Poutine a signé ce décret quelques jours après l’élection en Ukraine de Volodymyr Zelensky, qui a promis de « relancer » le processus de paix dans l’est du pays.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite