Poutine simplifie l’octroi de la nationalité russe aux habitants de l’est de l’Ukraine

Vladimir Poutine © Reuters
Vladimir Poutine © Reuters

Les habitants des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine pourront recevoir plus facilement la nationalité russe en vertu d’un décret signé mercredi par Vladimir Poutine, quelques jours après l’élection du nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky.

D’après ce décret publié sur le site du Kremlin, une procédure simplifiée permettra aux habitants des régions ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk, où une guerre entre des séparatistes prorusses et les forces ukrainiennes a fait près de 13.000 morts en cinq ans, de recevoir un passeport russe.

Seuls les habitants de « certaines parties » des deux régions ukrainiennes sont concernés par le décret, sans que ne soient donnés plus de détails.

Il ne fait cependant guère de doute que la mesure concerne les personnes vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk (DNR) et Lougansk (LNR), régions rebelles prorusses qui échappent au contrôle de l’Ukraine.

Pas plus de trois mois pour étudier les demandes

Le décret précise notamment que les autorités russes ne devront « pas prendre plus de trois mois » pour étudier les demandes déposées.

La mesure « humanitaire » vise à « protéger les droits et libertés de la personne et du citoyen et est guidée par les principes généralement acceptés des normes et du droit international », selon le texte du décret.

Après l’arrivée au pouvoir de dirigeants pro-occidentaux en Ukraine au printemps 2014, une guerre a éclaté dans l’est du pays entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses, soutenus militairement par la Russie selon l’Ukraine et les Occidentaux.

Vladimir Poutine a signé ce décret quelques jours après l’élection en Ukraine de Volodymyr Zelensky, qui a promis de « relancer » le processus de paix dans l’est du pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique