Migration: Schaerbeek redemande au fédéral d’agir gare du Nord

©Le Soir
©Le Soir

Le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt (Défi), a été invité ce mercredi par des riverains et commerçants du quartier de la gare du Nord à se rendre compte sur place de leurs conditions de vie. Une pétition signée par plus de 500 personnes lui a été remise. Les ministres fédéraux doivent « assumer les tâches inhérentes à leurs ministères : assurer la sécurité dans la gare pour M. De Crem, et assurer un traitement décent aux migrants pour Mme De Block », implore une nouvelle fois le bourgmestre.

Chaque jour, plus de 300 migrants patientent dans le niveau souterrain de la gare du Nord. La grande majorité d’entre eux espèrent rejoindre le Royaume-Uni. Mais si la gare est située à Schaerbeek, la commune n’est pas compétente en matière migratoire. Bernard Clerfayt, comme la Région bruxelloise, souhaite que les autorités fédérales créent un centre d’accueil et d’orientation pour les migrants de passage en Belgique.

Le bourgmestre demande aussi à la police des chemins de fer d’intervenir davantage et d’occuper « 24h/24 les locaux qui lui sont réservés et qui sont vides dans la gare », selon le communiqué de son cabinet. La gare du Nord n’a pas vocation à servir de centre d’accueil pour les migrants et « une occupation intense ne peut mener qu’à la catastrophe », met-il en garde.

Le ministre Ben Weyts supprime l’arrêt de bus de De Lijn à Bruxelles-Nord

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite