Face au Brexit, la Première ministre écossaise souhaite un nouveau référendum sur l’indépendance

©D.R
©D.R

Le gouvernement écossais va introduire « prochainement » un projet de loi visant à organiser un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse d’ici 2021, a déclaré mercredi la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon.

« Nous allons prochainement présenter un projet de loi fixant les règles pour tout référendum relevant actuellement ou à l’avenir de la compétence du parlement écossais », a déclaré Mme Sturgeon, cheffe du Parti national écossais (SNP) au Parlement écossais à Édimbourg, espérant que ce texte serait voté d’ici la fin de l’année.

Un premier référendum en 2014

Les Ecossais s’étaient déjà prononcés sur l’indépendance de leur nation en septembre 2014, et le « non » l’avait emporté à 55 %. Mais le SNP n’a pas quitté des yeux son objectif, s’appuyant sur les résultats du référendum sur le Brexit de juin 2016. L’Ecosse avait alors voté contre le Brexit à 62 % contrairement au Royaume-Uni, qui a voté dans son ensemble à 52 % pour le divorce.

Pour convaincre les Écossais de rejeter l’indépendance en 2014, l’un des arguments avancés était le risque de se séparer, en même temps que du Royaume-Uni, de l’Union européenne. Quelques années plus tard, avec le Brexit, l’appartenance au Royaume-Uni contraint paradoxalement l’Ecosse à quitter l’UE.

« Un choix entre le Brexit et un avenir pour l’Ecosse en tant que nation indépendante européenne doit être proposé pendant le mandat de ce Parlement », a déclaré jeudi Mme Sturgeon à Holyrood, le Parlement écossais.

Grand format – Brexit : la vraie fausse sortie des eurodéputés britanniques

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite