Coupe d’Italie: la Lazio bat le Milan AC et se hisse en finale (0-1)

@EPA
@EPA

La Lazio Rome s’est qualifiée mercredi pour la finale de la Coupe d’Italie en allant battre l’AC Milan 0-1 en demi-finale retour (0-0 à l’aller), à l’issue d’une journée marquée par des incidents provoqués par ses supporters.

Après un match aller qui avait été un sommet d’ennui à Rome, la Lazio a cette fois été nettement supérieure et s’est qualifiée logiquement pour la finale du 15 mai dans la capitale italienne.

En finale, la Lazio affrontera le vainqueur de la seconde demi-finale, qui oppose la Fiorentina et l’Atalanta Bergame. Après le 3-3 du match aller, les deux équipes se retrouvent jeudi à Bergame.

Mercredi à San Siro, les joueurs de Simone Inzaghi ont eu plusieurs occasions, notamment par le défenseur Bastos ou l’avant-centre Immobile, mais un seul but leur a suffi, celui inscrit par l’Argentin Correa au bout d’un contre parfait après un corner milanais (58e).

Face à un très faible Milan, les Romains savaient que ce but serait suffisant et il a été fêté derrière la ligne de but par tout le groupe, y compris l’entraîneur Inzaghi et le milieu Milinkovic-Savic, blessé en début de match.

Avant la partie, la tension était restée élevée toute la journée à Milan, où des supporters de la Lazio ont déployé en début d’après-midi une banderole sur laquelle on pouvait lire « Honneur à Benito Mussolini ».

Selon plusieurs médias italiens, la police aurait identifié 19 supporters de la Lazio et trois tifosi de l’Inter Milan parmi les individus concernés.

À l’approche du match, plusieurs vidéos circulant sur les réseaux sociaux ont par ailleurs montré des supporters de la Lazio lançant un chant raciste à l’encontre du milieu de terrain français du Milan Tiémoué Bakayoko.

L’ancien joueur de Monaco et Chelsea avait déjà été la cible du même chant (« Cette banane est pour Bakayoko ») lors d’un récent Lazio-Udinese au Stade olympique de Rome.

Bakayoko avait auparavant « chambré » le défenseur laziale Francesco Acerbi en exhibant son maillot après la victoire des rossoneri face aux Romains en championnat.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite