Manchester City bat son voisin de United et fait un grand pas vers le titre de champion d’Angleterre (0-2, vidéos)

@AFP
@AFP

Manchester City a repris la tête du championnat d’Angleterre de football en remportant mercredi le 178e derby de Manchester (0-2). Vincent Kompany a joué tout le match avec City et est devenu le joueur le plus averti de l’histoire du derby avec 10 cartons jaunes. Chez les Red Devils, Romelu Lukaku est monté au jeu à la 72e. Après 35 journées, City compte 89 points, un de plus que Liverpool. United (64 points) reste 6e. Un autre match de retard était également programmé : Wolverhampton, avec Leander dendoncker pendant 90 minutes, a donné la leçon à Arsenal (3-1).

Initialement prévu le 16 mars, le derby a été reporté parce que les deux clubs étaient engagés en quarts de finale de la Coupe. Plus hargneux, les Red Devils ont pris l’avantage dans les duels en début de rencontre. Pressé par Jesse Lingard, Kompany a connu un début de match compliqué. Après avoir échappé à la carte jaune pour une faute sur Marcus Rashford filant seul vers le but(5e), le capitaine des Citizens a été averti pour une obstruction sur le même Rashford (10e). Jusqu’au repos, la stratégie d’United avec cinq défenseurs et des milieux lançant les ballons entre les arrières centraux de City pour Rashford et Lingard a plutôt bien marché.

À la reprise, Bernardo Silva a toutefois infligé à United un douzième match sans clean sheet (54e, 0-1). Les Red Devils ont vite réagi mais d’un geste acrobatique, Kompany a déstabilisé Lingard (57e). Bien que faisant preuve de bonne volonté, United manquait d’inspiration collective et Leroy Sané l’a puni (66e, 0-2). Les Citizens ont marqué 157 buts cette saison : c’est un nouveau record pour une équipe anglaise.

Dans l’autre rencontre de la 31e journée, les Gunners ont monopolisé le ballon en début de rencontre grâce notamment à Henrikh Mkhitaryan et Mezut Ozil mais les Wolves ont fini par sortir de leur zone. Ruben Neves sur coup franc (26e, 1-0), Matt Doherty (37e, 2-0) et Diogo Jota (45e+2e, 3-0) ont assuré avant le repos. Sokratis Papastathopoulos a réduit l’écart (80e, 3-1) pour Arsenal, qui reste 5e (66 points). Wolverhampton (51 points) grimpe en 7e position.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite