Accueil Monde France

Gilets jaunes: la violence policière, cet éternel tabou français

Sommée par l’Organisation des Nations Unies d’enquêter sur « l’usage excessif de la force » au début du mois de mars par les forces de l’ordre pendant les manifestations des « gilets jaunes », la France a rejeté ce mercredi, en bloc, les critiques de l’organisation.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 3 min

Vingt et une pages de déni, bien ficelées. Et un gros panneau « circulez, y’a rien à voir », agité sous le nez de l’ONU. Sommée par l’Organisation des Nations Unies d’enquêter sur « l’usage excessif de la force » au début du mois de mars par les forces de l’ordre pendant les manifestations des « gilets jaunes », la France a rejeté ce mercredi, en bloc, les critiques de l’organisation. Vingt et une pages d’arguments et de notes du ministère de l’Intérieur et de la justice français, que nos confrères du Monde ont pu consulter. Et qui laisse entrevoir une stratégie bien huilée pour se défendre : le cadre légal applicable. Aux oubliettes celui de la « manifestation », le gouvernement français utilise celui de « l’attroupement », à savoir « une manifestation qui a dégénéré dans la violence ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

France: nouvelle condamnation pour Claude Guéant

Déjà incarcéré du fait d’une précédente condamnation, l’ancien ministre de l’Intérieur et secrétaire général de l’Elysée s’est vu infliger vendredi un an de prison dont huit mois ferme, dans l’affaire des sondages de l’Élysée sous Nicolas Sarkozy. Une sanction dont il va faire appel.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs