Immobilier: le prix moyen d’une maison en Belgique atteint les 200.000 euros (carte interactive)

Immobilier: le prix moyen d’une maison en Belgique atteint les 200.000 euros (carte interactive)

Le prix des maisons continue à augmenter en Belgique, en comparaison avec 2017, en particulier pour les maisons, un peu moins pour les appartements, constate Statbel, qui livre ce jeudi les chiffres annuels de l’immobilier en Belgique. Pour la première fois, le prix des maisons 2 ou 3 façades atteint la barre des 200.000 euros (pour une augmentation de 5,3 % entre 2017 et 2018), tandis qu’il faut compter plus de 285.000 euros pour une maisons 4 façades ou plus.

Lasne reste la commune la plus chère en Wallonie, et Ixelles la plus chère des communes bruxelloises.

Découvrez le prix des maisons et appartements dans votre commune via notre carte interactive.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-162391908

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Résidence secondaire: les Belges combinent plaisir et avantages en France

  • Si vous faites partie des chanceux  qui possèdent une terrasse, l’été est le moment idéal pour y passer du bon temps !

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Vacances: quelques idées pour aménager son logement, et s’y sentir bien

  • Les espaces communs du petit hôtel sont particulièrement cosy.

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Le B-Lodge, une expérience belge un peu différente de l’hôtellerie

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le port du masque partout, une décision qui émane d’un rapport transmis au ministre-président par le comité scientifique chargé de suivre Bruxelles.

    Masque obligatoire à Bruxelles: les raisons de la décision politique

  2. PHOTONEWS_10874609-094 (1)

    Négociations fédérales: les partis flamands de la «bulle des cinq» étrillent le MR

  3. «
The Mandalorian
».

    Comment Proximus va aider Disney+ à s’installer en Belgique

La chronique
  • «Vous avez de ces mots»: quand Littré dézinguait le «Dictionnaire» de l’Académie

    La parution du Dictionnaire de l’Académie, en 1694, met de nombreuses pendules à l’heure du Quai Conti. Désormais, il devient inconvenant de publier en France un ouvrage traitant de la langue française sans faire acte d’allégeance – assumé ou feint – à cette bible. Cette soumission est d’actualité durant tout le XVIIIe siècle, pendant lequel l’Académie a publié le plus grand nombre d’éditions de son Dictionnaire, entre 1718 (2e édition) et 1798 (5e édition). Cette déférence va être battue en brèche au XIXe siècle, celui qui a vu la naissance de la lexicographie française moderne, incarnée par Emile Littré et Pierre Larousse.

    Une révérence mise à mal

    Dès la première édition de son Dictionnaire, l’Académie française a posé des choix méthodologiques fondamentaux, toujours d’actualité, mais qui ont entraîné une insatisfaction grandissante des lecteurs devenus exigeants en matière d’information linguistique...

    Lire la suite

  • Le masque à Bruxelles, entre symbole et incertitude

    Comment le monde a changé ». Tel est le titre du dossier que Le Soir proposait ce mardi, mettant sous la loupe les changements imprimés par le coronavirus à la planète, du vivre-ensemble à la géopolitique en passant par la science.

    Bruxelles aussi a changé, c’est peu de l’écrire. La capitale appréciée des expats pour son doux désordre impose depuis mercredi le port du masque dans l’espace public, jusqu’aux confins de sa Région. Le seuil des 50 contaminations par 100.000 habitants a été...

    Lire la suite