Accueil Belgique Politique

Van Cau, le retour pas du goût de Magnette

A 71 ans, blanchi en Justice, l’ancien mayeur et ministre-président wallon revient sur la scène carolo, il briguera la présidence de l’Union socialiste communale (USC), une fonction dans l’appareil local du PS. Il se heurte à Paul Magnette.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

En quête d’une double réhabilitation depuis qu’en 2005, sous la pression des « affaires carolos » et celle de son président de parti (Elio Di Rupo), il avait dû démissionner de la ministre-présidence wallonne, Van Cau complète son « retour ». Au moins au plan symbolique, et un peu plus.

En fait de double réhabilitation, Jean-Claude Van Cauwenberghe s’est vu, d’une part, blanchi par la justice lancée à ses trousses il y a dix ans, et, d’autre part, le voilà candidat à la présidence de l’USC de Charleroi (Le Soir, lundi), favori dans la course qui devrait l’opposer à Thomas Parmentier, encouragé par Paul Magnette, dans un scrutin qui aura lieu les 1 et 12 mars prochains.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Alfred Gilson, mardi 19 janvier 2016, 12:19

    Jamais content, jamais satisfait. Il faut croire que ces fonctions sont des sinécures pour que les cadavres continue à s'y accrocher ?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs