Le tabac est désormais interdit aux mineurs

© Belga
© Belga

La Chambre a adopté jeudi à l’unanimité, sauf l’Open VLD qui s’est abstenu, une proposition de loi visant à interdire la vente de tabac aux mineurs d’âge, alors qu’elle était pour l’instant autorisée aux mineurs de plus de 16 ans. « L’Alliance pour une société sans tabac se réjouit de ces mesures, mais le travail est loin d’être terminé », réagit-elle.

« Depuis le 1er janvier 2019, la Belgique était le seul pays de l’Union européenne où les jeunes de moins de 18 ans pouvaient encore acheter des cigarettes. Une particularité dont nous n’avions pas à être fiers… », commente-t-elle dans un communiqué. « Les enfants et les jeunes sont exposés à toute une série d’incitations à fumer. Comme leur cerveau est encore en plein développement, les jeunes éprouvent beaucoup plus souvent l’envie d’expérimenter que les adultes. La nicotine a cependant une influence nocive sur le cerveau en développement des adolescents. »

► La Belgique, un modèle dans la lutte contre la tabac? Pas vraiment. Notre analyse sur Le Soir+

Interdiction de fumer en voiture avec des enfants à bord

Rehausser la limite d’âge permet logiquement de reculer l’âge auquel les jeunes commencent à fumer et réduit le risque de dépendance rapide au tabac car, selon l’Association, « des études démontrent que plus les jeunes commencent à fumer tôt, plus l’addiction à la nicotine est rapide et plus il est difficile d’arrêter par la suite ».

La Chambre a également approuvé une proposition de loi visant l’interdiction légale de fumer en voiture lorsqu’il y a des enfants à bord. « Cette étape nous rapproche encore un peu plus d’une première génération sans tabac », se réjouit l’Association. « Il ne faut toutefois pas en conclure que le politique a terminé son travail, bien au contraire ! Une politique antitabac efficace exige en effet un ensemble de mesures visant à éviter que les jeunes ne deviennent dépendants et à aider les fumeurs à arrêter. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite