Prix de l’immobilier à Seraing: le prix des maisons et des appartements tous deux en légère baisse (carte interactive)

Prix de l’immobilier à Seraing: le prix des maisons et des appartements tous deux en légère baisse (carte interactive)

Si le prix médian d’une maison mitoyenne en Belgique s’élevait en 2017 à 190.000 euros, il a augmenté de 5,3 % pour l’année 2018 et atteint maintenant la barre symbolique des 200.000 euros. La tendance à l’augmentation est moins marquée pour les appartements et les maisons 4 façades, dont les prix ont monté respectivement de 2,5 % et 2,9 %. Le prix médian d’un appartement se chiffre désormais à 182.000 euros, et celui d’une maison 4 façades à 285.000 euros.

Bruxelles est la région la plus chère en termes d’immobilier : 847.500 euros pour les maisons 4 façades, 376.000 euros pour les maisons mitoyennes et 199.000 pour les appartements. C’est en Wallonie que l’on retrouve les prix les moins chers avec 140.000 euros pour les maisons mitoyennes, 145.000 euros pour les appartements et 232.250 euros pour les maisons 4 façades. En Flandre, le prix médian d’un appartement atteint 185.000 euros, celui d’une maison mitoyenne 226.000 euros et celui d’une villa 4 façades 319.000 euros.

A Seraing, le prix médian d’un appartement s’élève en 2018 à 130.000 euros et celui d’une maison à 120.000 euros. En 2017, le prix médian d’un appartement atteignait les 135.000 euros et celui d’une maison les 125.000 euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La discussion en vidéoconférence des leaders européens, jeudi soir
: deux camps qui se font face.

    Coronavirus: le retour du «microbe» du manque de solidarité au sein de l’Union européenne

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    Pourquoi des jeunes décèdent du coronavirus: la piste de l’immunité ou de la mutation

  3. ecole ordi

    Confinement: les conseils et astuces pour les parents qui font école à la maison

La chronique
  • Lettre d’Europe: un défi majeur pour les partis modérés en Allemagne

    Comme tous les autres pays européens, l’Allemagne est actuellement confrontée à la troisième pire crise de la décennie. Cette fois-ci cependant, et c’est ce qu’on espère, les conséquences politiques de la crise pourraient être bien différentes. En Allemagne, la crise de l’euro et la crise des réfugiés ont érodé les partis du centre et renforcé les extrémités de l’échiquier politique. Alors que les deux grands partis que sont la CDU/CSU et le SPD raflaient encore 70 % des voix au total il y a dix ans, ils remportent moins de 50 % des suffrages aujourd’hui.

    Mais dans cette crise du coronavirus, les partis du centre remontent soudainement dans les sondages, tandis que l’AfD perd de son influence, tout comme Die Linke et Die Grünen. En cette période d’angoisse, d’incertitude et de changement inconcevable, les Allemands sont en quête de sécurité. Ils se rassemblent derrière le gouvernement fédéral – et l’applaudissent pour la fermeté de sa réponse aux enjeux actuels. Interrogés dans le cadre d’un sondage,...

    Lire la suite

  • Coronavirus: #JeSuisItalie

    Les dirigeants européens se rendent-ils bien compte de ce qu’ils ont infligé la semaine dernière aux Italiens qui croulent sous les cercueils – et à tous les autres citoyens européens en souffrance avec eux – en répondant aux appels à l’aide par des divergences d’abord, puis par un « repassez dans quinze jours » ?

    Les vertueux contre les pécheurs ? Les nantis contre les démunis ? C’est donc cela qu...

    Lire la suite