Athlétisme: quand une panne d’électricité brise les espoirs de Thomas Van der Plaetsen

@News
@News

Thomas Van der Plaetsen est maudit. Après avoir déjà connu deux jours « sans » de manière incompréhensible, en mars, lors de l’Euro indoor de Glasgow, le décathlonien de Deinze, qui espérait profiter des championnats d’Afrique du Sud pour se qualifier pour les Mondiaux de Doha (27 septembre-6 octobre) avec un total supérieur à 8.200 pts, en a été pour ses frais. Alors qu’il était très bien parti lors des trois premières épreuves – 100 m, longueur et poids – une panne générale de courant a plongé le stade de Germiston, à Johannesburg, dans le noir pendant plus de deux heures au début du concours de saut en hauteur. Les efforts pour réparer la panne et pour mettre en marche un générateur de secours s’avérant inutiles, les organisateurs n’ont eu d’autre solution que d’annuler la compétition. Le comble, c’est que la lumière est revenue 10 minutes après cette annonce…

« Je n’avais jamais vu ça… », a confié Van der Plaetsen.

Le règlement du décathlon est clair : il doit se dérouler sur deux jours, avec cinq épreuves lors de chacun d’entre eux et dans l’ordre officiel. Il n’était pas question, donc, de bousculer l’horaire de vendredi pour y place les sept épreuves restantes…

« Pas besoin de ça après 2017 et 2018… »

Cet incident est survenu alors que le Belge possédait une légère avance de 3 points sur son meilleur total (2.443 pour 2.440 pts) réussi en 2016 lors des Jeux de Rio, où il avait fini 8e avec 8.332 pts. Après avoir – déjà- joué de malchance sur 100 m en devant affronter la pluie et un vent défavorable de 3,1m/savant de terminer en 11.67, il avait enchaîné avec un record personnel de 7,81 m à la longueur et un jet à 13,77 m au poids.

« C’est terriblement frustrant, a expliqué « TVDP ». Je me sentais très bien, j’ai battu mon record en longueur qui datait d’il y a six ans et mes derniers tests au disque et au javelot avaient été très bons, ce qui me permettait d’envisager un très bon résultat. Après les blessures qui m’ont fait louper les Mondiaux 2017 et l’Euro 2018, je n’avais pas besoin de ça… »

Sans doute Talence

Van der Plaetsen va décider dans les prochains jours avec son frère et entraîneur Michael vers quelle solution de rechange il compte se rabattre. Deux décathlons évidents s’offrent à lui : celui de Götzis (25 et 26 mai) ou celui de Talence (22 et 23 juin), où Nafissatou Thiam effectuera, on le sait, sa rentrée en heptathlon.

« Mon meilleur ami se marie le week-end de Götzis, donc ce sera sans doute Talence !, a-t-il indiqué. Mais avant ça, je vais prendre un peu de repos avant de reprendre les entraînements. »

Du repos mental, surtout, pour digérer cet incroyable coup du sort…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite