L’euro est au plus bas depuis deux ans face au dollar

© AFP
© AFP

L’euro continuait à perdre du terrain face au dollar jeudi, tombant à son plus bas niveau depuis mai 2017 face une devise américaine soutenue par un contexte économique jugé plus encourageant.

Les derniers billets de 500 euros seront imprimés ce vendredi

Vers 19h GMT (21h à Paris) l’euro reculait de 0,21 % face au dollar et s’échangeait à 1,1132 dollar, contre 1,1155 dollar mercredi à 21h GMT. Il est descendu jusqu’à 1,1118 vers 12h25 GMT.

« Le dollar américain a fortement progressé mercredi et a poursuivi sur sa lancée (jeudi) après des données solides sur l’économie américaine, des indicateurs plus faibles à l’étranger et de nouveaux signes conciliants de la part de banques centrales à travers le monde », ont observé les analystes de Tempus.

Dernier indicateur américain en date : les commandes industrielles de biens durables ont fortement augmenté en mars. Et si les demandes hebdomadaires d’allocations chômage ont augmenté, c’est après avoir atteint leur plus bas niveau en presque 50 ans la semaine précédente.

Un recul temporaire ?

Parallèlement, « l’euro a chuté (mercredi) face à la force du dollar et à des données économiques timides en Allemagne », le moral des entrepreneurs y retombant en avril après une légère reprise en mars, ont rappelé les analystes de Tempo.

« Le repli s’est poursuivi (jeudi) malgré l’absence de nouveaux éléments probants », ont-ils ajouté. « La question est maintenant de savoir si l’euro va rester face au dollar à peu près au même niveau, va encore baisser, ou si le regain de vigueur du dollar n’est que temporaire. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite