Jean-Marc Nollet (Ecolo): «Les électeurs peuvent rendre la N-VA contournable»

Jean-Marc Nollet © Le Soir
Jean-Marc Nollet © Le Soir

Selon le baromètre politique trimestriel réalisé par la RTBF et La Libre, Ecolo serait le premier parti à Bruxelles et talonnerait le PS en Wallonie. Le parti de Bart De Wever reste de très loin le premier parti du nord du pays avec 27,9 %. Les nationalistes et les écologistes ont chacun le vent en poupe mais pourraient-ils travailler ensemble et s’unir au niveau fédéral ?

Débat: Jean-Marc Nollet survolté face à un Bart De Wever agacé

« On l’a vu très clairement dans le débat que Bart De Wever m’a opposé à la N-VA », réagit ce jeudi le co-président d’Ecolo, Jean-Marc Nollet, sur le plateau du JT de la RTBF. L’écologiste explique toutefois pourquoi il ne pourrait pas accepter une alliance avec la N-VA : « Tout nous oppose : le projet, la philosophie, et surtout, le fait qu’ils disent qu’il n’y ait pas d’avenir à la Belgique », indique-t-il.

« Ils veulent une société fermée, nous voulons une société ouverte. Ils sont tournés vers le passé, ils parlent tout le temps des Romains, nous sommes tournés vers l’avenir », poursuit-il.

Elections 2019: Ecolo devient le deuxième parti en Wallonie, le MR poursuit sa chute

Le parti nationaliste semble pourtant inévitable selon ce sondage : « Les électeurs ont les cartes en main, ils peuvent rendre la N-VA contournable », souligne M. Nollet.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite