L’Atalanta de Castagne en finale de la Coupe d’Italie aux dépens de la Fiorentina de Mirallas

@News
@News

L’Atalanta Bergame s’est qualifiée pour la quatrième finale de Coupe d’Italie de son histoire jeudi soir grâce à son succès 2-1 contre la Fiorentina en demi-finale retour. Timothy Castagne a brillamment participé à la rencontre et a joué 90 minutes alors que Kevin Mirallas a été remplacé à trois minutes du terme dans le camp adverse.

Après avoir sorti la Juventus quadruple tenante du titre au tour précédent (3-0), les Bergamasques n’ont eu aucune pitié des Toscans qui leur avaient donné du fil à retordre au match aller (3-3). Devant son public, l’Atalanta a dominé les débats malgré un début de match entaché par le but du 0-1 des Florentins signé Luis Muriel (3e).

Le meneur de jeu de ’la Dea’ Josip Ilicic s’est en effet empressé d’égaliser sur penalty (14e) avant un long siège de la moitié de terrain adverse.

En deuxième période, c’est encore le Slovène qui a glissé le ballon à Alejandro ’Papu’ Gomez pour le but du 2-1, engendré par une erreur du gardien toscan Lafont (69e).

En finale, l’Atalanta sera opposée à la Lazio qui éliminé l’AC Milan mercredi soir (0-0, 1-0). Les deux équipes s’affronteront le 15 mai au stadio olimpico de Rome. L’Atalanta tentera de conquérir un 2e titre après celui de 1963, la Lazio visera une 7e victoire.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite