Meurtre d’un enfant de 9 ans à Fedasil: les circonstances se précisent

© Belga
© Belga

Cinq Palestiniens ont été inculpés de meurtre jeudi en Belgique après la découverte du corps d’un enfant palestinien dans un centre de demandeurs d’asile, un drame qui semble sans précédent en Europe depuis la crise des réfugiés de 2015.

Le parquet d’Anvers a annoncé dans la soirée l’inculpation d’un cinquième homme pour « prise d’otage et meurtre ». Comme pour les quatre autres suspects, entendus plus tôt dans la journée par le juge d’instruction, l’inculpation a été suivie d’une incarcération.

« Nous n’avons jamais rien vécu de tel », réagit Fedasil

Le corps retrouvé dans un fossé

Le drame s’est produit dans un centre de demandeurs d’asile situé à Broechem, sur la commune de Ranst, dans la région d’Anvers.

Daniel, un enfant de 9 ans né au Liban, qui y séjournait avec sa mère de 26 ans depuis quelques mois, a été vu pour la dernière fois vivant alors qu’il faisait du vélo lundi vers 22h locales (20h GMT) dans l’enceinte du centre.

Une opération de recherches a été déclenchée lorsque le vélo a été retrouvé sans aucune trace de l’enfant, et a finalement mené à la découverte de son corps sans vie dans un fossé sur le terrain du centre d’accueil mercredi après-midi, a expliqué le parquet.

Le décès a d’emblée été jugé « suspect », une enquête pour « meurtre » a été confiée à un juge d’instruction, et cinq suspects, tous Palestiniens, dont trois résidaient dans le centre, ont été placés en garde en vue.

« Prise d’otage et meurtre »

Jeudi, au lendemain de leur interpellation, ces cinq hommes âgés de 19 à 34 ans ont été inculpés et écroués, les faits étant requalifiés en « prise d’otage et meurtre », a indiqué le parquet. L’enfant a été retrouvé mort « les mains et les pieds attachés », a déclaré son oncle Bassem Chihadeh, interrogé sur place par la chaîne flamande VTM.

Il a évoqué une tentative de racket, expliquant qu’après la disparition la famille avait reçu un message WhatsApp lui réclamant la somme de 100.000 euros « pour revoir Daniel sous quatre jours ».

Le parquet a refusé de commenter ces informations.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite