Kim Jong Un accuse les Etats-Unis d’avoir été de «mauvaise foi» lors du sommet de Hanoi

Kim Jong Un à Vladivostok ©Reuters
Kim Jong Un à Vladivostok ©Reuters

Le leader nord-coréen Kim Jong Un estime que les Etats-Unis ont été « de mauvaise foi » lors de son sommet avec le président Donald Trump à Hanoï en février, et que la situation dans la péninsule a atteint « un point critique », a rapporté vendredi l’agence nord-coréenne KCNA.

Kim Jong Un a fait ce commentaire lors de son premier sommet avec le président russe Vladimir Poutine jeudi à Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe, une rencontre qu’il a qualifiée d’« ouverte et amicale », selon KCNA. Il a invité M. Poutine à lui rendre visite dans son pays « au moment opportun », et cette offre a été « promptement acceptée ».

Les déclarations critiquant l’attitude américaine interviennent une semaine après la demande de Pyongyang de retirer le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo des négociations sur le nucléaire avec Washington, l’accusant de faire dérailler le processus.

« La situation dans la péninsule coréenne et dans la région se trouve actuellement dans une impasse et a atteint un point critique », a également déclaré le dirigeant nord-coréen selon KCNA.

Kim Jong-un a supervisé le test d’une nouvelle arme tactique

M. Kim a par ailleurs averti que la situation « pourrait retrouver son état initial, les Etats-Unis ayant adopté une attitude unilatérale de mauvaise foi lors du second sommet Corée du Nord-Etats-Unis récemment », tenu dans la capitale vietnamienne en février. Ce sommet Kim-Trump s’était achevé sur un retentissant fiasco sur le dossier nucléaire.

Lors de ces entretiens, la Corée du Nord avait demandé un allégement immédiat des sanctions financières, mais les deux parties ne s’étaient pas entendues sur les concessions que devait faire Pyongyang.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite