Footbelgate: Mogi Bayat réclame l’argent de certains transferts devant les tribunaux

Footbelgate: Mogi Bayat réclame l’argent de certains transferts devant les tribunaux
Photo News

Mogi Bayat a décidé de régler ses comptes avec les clubs belges. En effet, il n’accepte pas que des clubs comme Anderlecht ne paient pas ce qu’il doit recevoir sur les transferts au sein du championnat. D’après les informations du Nieuwsblad, il réclame cet argent par le biais des tribunaux et a décidé de recueillir des certificats attestant qu’il a toujours géré correctement ses transferts. Michel Louwagie (Gand) et Bruno Venanzi (Standard), entre autres, vont dans son sens.

Dans le scandale qui ébranle le monde du football belge, l’agent est soupçonné de blanchiment d’argent, mais cela ne l’empêche pas d’attaquer des clubs qui ne veulent plus le payer.

Il reste encore des factures à régler à Anderlecht et à Malines. Chez les Mauves, la société de Bayat dispose même d’un crédit de 1,7 million d’euros. Mogi avait déjà bloqué cet argent sur un compte par le biais d’un juge des saisies. Les certificats présentés aux dirigeants de club et aux joueurs doivent être signés dans le but de confirmer que Bayat était correct dans son rôle d’agent. Parmi les personnes ayant reçu ces documents, on compte Roger Vanden Stock et Herman Van Holsbeeck, anciens d’Anderlecht, mais aussi Michel Louwagie, dirigeant de Gand, le président du Standard Bruno Venanzi et même les joueurs anderlechtois Adrien Trebel et Dennis Appiah.

Un premier papier a été signé par Michel Louwagie et atteste que tout est correct dans le transfert de Kenny Saief de Gand à Anderlecht. Le président du Standard, Bruno Venanzi, a également fait la même chose à propos du transfert de Trebel du Standard à Anderlecht.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite