Microsoft franchit pour la première fois de son histoire le cap des 1.000 milliards à Wall Street

©AFP
©AFP

Fondé il y a 44 ans par Bill Gates et Paul Allen, Microsoft s’offre une seconde jeunesse grâce à ses avancées dans l’informatique dématérialisée, le « cloud », lui permettant de franchir pour la première fois de son histoire en séance le seuil des 1.000 milliards de dollars à Wall Street.

Le titre Microsoft a dépassé ce cap symbolique dès l’ouverture jeudi, lorsque le cours est monté jusqu’à 130,97 dollars dans les premiers échanges. La valeur boursière de l’entreprise était alors virtuellement de 1.003,6 milliards de dollars, en prenant en compte le nombre d’actions en circulation actualisé mercredi par le groupe auprès du gendarme boursier américain.

Troisième entreprise privée à franchir ce seuil

A la clôture toutefois, l’entreprise est repassée juste en dessous de ce seuil, à 989,7 milliards de dollars, en raison d’un prix de l’action de 129,15 dollars à la fin des échanges boursiers, soit une hausse de 3,31 % sur la séance.

Microsoft, qui a profité de la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes mercredi, est la troisième entreprise privée au monde à franchir ce seuil des 1.000 milliards de dollars de valeur, quelques mois après Apple, qui l’avait atteint plusieurs fois en clôture l’an dernier, et Amazon, qui l’avait touché en séance en 2018.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite