Quatre mois pour sécuriser Notre-Dame après l’incendie

Quatre mois pour sécuriser Notre-Dame après l’incendie

Il faudra environ quatre mois pour sécuriser le site de Notre-Dame de Paris à la suite de l’incendie l’ayant dévastée le 15 avril, avant même de commencer le diagnostic préalable à la restauration elle-même, a prévenu vendredi la fédération du bâtiment spécialisée dans les monuments historiques.

La sécurisation consiste d’abord en la mise en place d’un parapluie, achevée cette semaine, pour protéger le site des intempéries.

Par la suite, le coeur du travail consistera à mettre en place un réseau de poutres au-dessus et en dessous de la voûte, afin notamment d’éviter un écroulement.

Les vitraux enlevés

Pour permettre leur mise en place, quelque 1.000 mètres carrés de vitraux sont en train d’être enlevés par des entreprises spécialisées.

A partir de la semaine prochaine, doit aussi commencer le retrait des gravas, d’autant plus long qu’ils devront être examinés attentivement par la police pour déterminer les causes de l’incendie.

Une fois effectués ces travaux de sécurisation, c’est la phase de diagnostic qui devra commencer, sous l’égide de l’architecte, Philippe Villeneuve, sur laquelle la fédération s’abstient de toute prévision de délai.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous