Liège-Bastogne-Liège: tout ce qu’il faut savoir sur l’édition 2019

Liège-Bastogne-Liège: tout ce qu’il faut savoir sur l’édition 2019
Photo News

Vainqueur, mercredi, pour la 2e fois consécutive de la Flèche Wallonne à Huy, le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) se profile comme candidat au doublé, dimanche, à Liège-Bastogne-Liège dont il est le grand favori. La 105e Doyenne ponctuera la fin de la période des classiques printanières.

Le parcours

La Doyenne des classiques, remportée l’an dernier par le Luxembourgeois Bob Jungels, s’est offert un relifting de son parcours. La course partira comme d’habitude, dimanche, du centre de Liège mais elle n’arrivera plus en haut de la côte de Ans, comme ce fut encore le cas en 2018, mais sur le plat du Boulevard d’Avroy à Liège, au terme de 256 kilomètres de course.

Le final s’en retrouve ainsi modifié, avec la côte de la Roche-aux-Faucons en dernier juge de paix, à 15 kilomètres de l’arrivée. Au niveau du parcours, on notera encore le retour de la trilogie des côtes de Wanne, Stockeu et Haute Levée dans la 2e partie.

Les favoris

Julian Alaphilippe peut en effet conclure une campagne printanière tonitruante, ponctuée, entre autres, par des victoires dans des registres divers, aux Stade Bianche, à Milan-San Remo, à Tirreno-Adriatico ou mercredi à la Flèche Wallonne.

Le Français de la formation de Patrick Lefèvere apprécie la course liégeoise dont il s’est classé 2e en 2015 et 4e en 2018. «  J’ai beaucoup gagné cette saison, j’ai réussi tous mes objectifs », avait expliqué Alaphilippe mercredi, après son deuxième succès de rang au sommet du Mur de Huy. «  Je commence toutefois à sentir tout cela dans les jambes. Mais je suis très motivé pour la Doyenne et je vais essayer de la gagner ».

Son dauphin de la Flèche Wallonne, le Danois Jakob Fuglsang (Astana), s’annonce encore comme l’un de ses principaux rivaux, tout autant qu’une série d’autres coureurs à l’image de l’Allemand Maximilian Schachmann, 5e de la Flèche et qui devra faire oublier le forfait de son leader chez Bora-Hansgrohe, Peter Sagan.

L’Australien Michael Matthews, 8e mercredi à la Flèche, sera également à suivre de près, ainsi que l’Italien Enrico Gasparotto, 10e mercredi, le Français Romain Bardet 13e à Huy et 3e l’an dernier à Ans, le Polonais Michal Kwiatkowski, 16e mercredi à Huy et 3e de la Doyenne en 2017, le Néerlandais Wout Poels, vainqueur de la course en 2016 et 22e mercredi.

Le champion du monde, Alejandro Valverde (qui a fêté ses 38 ans jeudi), 11e à Huy, sera-t-il, quant à lui, capable de renverser la vapeur à son avantage dans un final relooké, sans la bosse de Ans ? On rappellera que l’Espagnol a remporté la Doyenne à quatre reprises (en 2006, 2008, 2015 et 2017).

D’autres coureurs, absents mercredi à la Flèche, miseront tout sur Liège, notamment le Néerlandais Tom Dumoulin, l’Italien Vincenzo Nibali, le Français Lilian Camlejane, Greg Van Avermaet et Philippe Gilbert, vainqueur de Paris-Roubaix, qui devrait emmener son leader Alaphilippe. Ce dernier et Jakob Fuglsang arriveront également dimanche à Liège avec les deux équipes les plus performantes du printemps : Deceuninck-Quick Step et Astana ont respectivement engrangé 25 et 22 victoires cette saison.

En cas de succès dimanche à Liège, Alaphilippe rejoindrait le groupe des sept coureurs qui ont réalisé le doublé Flèche Wallonne/Liège-Bastogne-Liège : le Suisse Ferdi Kübler (1951, 1952), Stan Ockers (1955), Eddy Merckx (1972) et Philippe Gilbert (2011), les Italiens Moreno Argentin (1991) et Davide Rebellin (2004) et Alejandro Valverde (2006, 2015, 2017).

Le palmarès :

L’an dernier, c’est le Luxembourgeois Bob Jungels qui avait remporté la Doyenne, en terminant devant le Canadien Michael Woods, et le Français Romain Bardet.

Il succédait alors à Alejandro Valverde, quadruple vainqueur de l’épreuve, qui s’était imposé devant Dan Martin et Michal Kwiatkowski lors de l’édition 2017.

En 2016, le Néerlandais Wout Poels avait créé la surprise devant Michael Albasini et Rui Costa.

Pour trouver une victoire belge à Liège, il faut remonter à l’édition 2011, il y a 8 ans, où Philippe Gilbert avait vaincu les frères Schleck (Frank deuxième, et Andy troisième), pour remporter son unique doyenne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous