Accueil Culture

Dépolitisation: fin des ingérences dans le privé

La Fédération renonce à ses droits de vote dans les associations culturelles qui ne sont pas publiques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Un autre pan de la culture devait être dépolitisé : les opérateurs, qu’il s’agisse de salles, d’associations, d’événements, etc. Ce volet-là est délicat car il suppose d’abord de comprendre sous quelles formes la Fédération intervient dans la multitude d’associations culturelles. Certains statuts d’associations prévoient un ou des représentants de la Fédération, d’autres évoquent le « gouvernement de la Fédération », d’autres encore « la ministre ayant en charge la Culture » au sein de la Fédération. Certains mandats sont à date, d’autres à terme, d’autres se calquent sur la législature, et ces mandats sont remplis ici par des fonctionnaires, là par des mandataires politiques, certains siègent en assemblée, d’autres au conseil d’administration, bref les formes de politisation sont presqu’aussi nombreuses que les associations. Le décret organise un cadastre de cette diversité et, endéans les quatre ans, rendra cette représentation uniforme.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs