Philippe Gilbert est «heureux d’enfin disputer un vrai Liège-Bastogne-Liège»

Philippe Gilbert est «heureux d’enfin disputer un vrai Liège-Bastogne-Liège»
Photo News

Après son impasse sur la Flèche Wallonne, Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) retrouvera le peloton dimanche à l’occasion de Liège-Bastogne-Liège. Le coureur liégeois, vainqueur de la Doyenne en 2011, apprécie le changement de parcours et l’arrivée au Boulevard d’Avroy, au cœur de Liège.

Philippe Gilbert a pris le repos nécessaire depuis sa victoire à Paris-Roubaix. Il a aussi repris le chemin de l’entraînement et fait l’impasse sur le Flèche Wallonne pour arriver frais, dimanche, à Liège-Bastogne-Liège. « J’ai en fait répété ce que je fais depuis 15 ans de carrière, une sorte de copié-collé », expliquait Philippe Gilbert vendredi à l’hôtel de son équipe à Lanaken. « Ma préparation pour le printemps a surtout été axée sur les Flandriennes et sur Roubaix, en espérant garder assez de fraîcheur pour Liège. J’ai renoncé à la Flèche car c’est une course intense. Les courses de 250 kilomètres et plus, comme Liège, se courent différemment. Je suis bien pour dimanche. Je dois dire que je suis très heureux d’enfin disputer mon premier vrai Liège-Bastogne-Liège, avec un départ et une arrivée à Liège. Arriver en haut de Ans, c’était un peu triste. »

Le changement de parcours intéresse donc le vainqueur de l’Enfer du Nord, avec le retour de la trilogie Wanne-Stockeu-Haute Levée dans la 2e partie de course, la Roche-aux-Faucons en dernier juge de paix, à une quinzaine de kilomètres de l’arrivée, et le final à Liège. « Difficile de dire à l’avance quelle sera l’incidence du changement de parcours. Ce sont les coureurs qui font la course, mais je pense qu’il y a plus de possibilités d’essayer quelque chose sur ce nouveau tracé. Le fait qu’on arrive sur le plat au Boulevard d’Avroy va ouvrir des opportunités pour davantage de coureurs. Je ne peux pas dire si la trilogie aura de l’influence. Il faudra alors des coureurs qui osent bouger. Je pense que les Astana, qui sont omniprésents depuis le début de saison, seront à nouveau présents. Valverde? Il faut toujours tenir compte de lui. Cette édition de Liège-Bastogne-Liège et son parcours relooké vont donner des possibilités aux coureurs rapides et aux grimpeurs. »

Le scénario des courses ardennaises est souvent, selon Philippe Gilbert, celui d’une course d’attente, un long mano à mano avant la décision finale, contrairement aux courses flandriennes où les attaques fusent de partout. « Les coureurs les plus forts devraient se dégager. Une fois au-dessus, avec 20 secondes, on peut avoir la course gagnée car la descente est très rapide et on arrive très vite dans Liège. Je soulignerai que Julian Aliphilippe est un des seuls coureurs qui osent, il l’a encore montré l’Amstel. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous