Abraham Kiptum, recordman du semi-marathon, suspendu pour infraction au passeport biologique

Abraham Kiptum, recordman du semi-marathon, suspendu pour infraction au passeport biologique
Photo News

Le Kenyan Abraham Kiptum a été provisoirement suspendu par l’Athletics Integrity Unit (AIU) pour infraction aux règles antidopage, a annoncé l’AIU vendredi. L’athlète de 29 ans détient le record du monde du semi-marathon. Il aurait dû disputer le marathon de Londres dimanche.

Selon l’AIU, Kiptum a enfreint les règles concernant le passeport biologique. En d’autres termes, ses valeurs sanguines ont évolué de manière non-cohérente.

Le Kenyan avait créé la surprise en octobre en battant le record du monde du semi-marathon de l’Érythréen Zersenay Tadese, le portant à 58 : 18. Sur le marathon, son record est de 2h05 : 26. Il voulait l’améliorer dimanche à Londres. En raison de sa suspension, il ne pourra pas prendre le départ.

Plus de dix athlètes kenyans ont déjà été suspendus en 2019 et encore davantage les années précédentes. La championne olympique du marathon Jemima Sumgong a ainsi été suspendue en 2017.

Trois Belges seront au départ de la course élites dimanche à Londres : Bashir Abdi, Thomas De Bock et Dennis Laerte. Le détenteur du record du monde Eliud Kipchoge et le quadruple champion olympique (5.000m et 10.000m) Mo Farah sont les favoris.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite