Accueil Société

Meurtre d’un enfant en centre d’asile: s’endetter pour migrer, la voie de l’exploitation

La police envisagerait la piste de dettes contractées auprès de passeurs dans le meurtre de Daniël, 9 ans. Les cas connus de migration par dette conduisent souvent à un asservissement.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

L’endettement à l’origine du meurtre de Daniël C. ? Au lendemain de la disparition de l’enfant de 9 ans au centre d’accueil de Broechem, sa tante aurait reçu un message de la part d’un numéro anglais exigeant 100.000 pour « revoir Daniël vivant ». Si la somme paraît extravagante, la police considère sérieusement l’hypothèse de dettes contractées auprès de passeurs, selon les médias flamands. Vendredi, Koen Geens (CD&V) appelait la Cellule interdépartementale de coordination de la lutte contre le trafic et la traite des êtres humains à mener une campagne de sensibilisation pour faire connaître son programme de protection. S’endetter pour migrer, le phénomène n’est pas rare. Il est généralement synonyme d’exploitation.

Les premiers éléments de l’enquête

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par LIENARD NORBERT, vendredi 26 avril 2019, 21:07

    Il y toujours des salauds pour exploiter la misère des gens c est pitoyable

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs