Accueil Société Régions Bruxelles

Vivaqua veut indexer le prix de l’eau pour 2020

L’intercommunale doit consentir de gros investissements, notamment pour rénover un réseau d’égouts vétustes. Avec des tarifs les plus bas du royaume.

Info « Le Soir » - Temps de lecture: 2 min

Notre réseau d’égouttage est dans un état critique. » La preuve par ces effondrements de voiries, pas si rares sur le territoire bruxellois. Laurence Bovy, directrice de Vivaqua, confirme : « il faut, d’urgence, investir. » L’intercommunale a récupéré les égouts (auparavant gérés par les communes), entre 2000 et 2010, sans en connaître l’état exact de vétusté. Depuis, chaque mètre de canalisation doit passer au rapport. À l’heure actuelle, 44 % du réseau a été inspecté. « On veut arriver à 100 % pour 2024. Au début, c’étaient nos équipes qui effectuaient les examens. Maintenant, pour gagner du temps, on passe une caméra et on ne fait intervenir nos collaborateurs que si un regard plus approfondi est nécessaire. On trouve parfois des choses catastrophiques » Dans la foulée, des travaux de rénovation sont programmés : au rythme actuel, 70 millions (sur la petite centaine dévolue aux investissements), qui permettent de réparer 25 kilomètres d’égouts.

Objectif, fixé dans le Plan stratégique 2019-2024 qui vient d’être approuvé par le conseil d’administration de Vivaqua : fixer un taux de renouvellement de 1,3 % pour l’égouttage (chaque année on rénove 1,3 % de l’infrastructure) et 1,1 % pour la distribution, pour compenser l’inaction du passé. Mais, pour ce faire, il faut des moyens, dont manque Vivaqua. « Le niveau d’investissement attendu sur les réseaux de distribution d’eau potable et d’égouttage, ainsi que sur les installations de production d’eau excède actuellement de 55 millions d’euros notre capacité d’autofinancement. D’ici 2024, vu l’augmentation des charges, il faudra trouver 85 millions, chaque année, pour assurer l’équilibre financier », précise la structure dirigeante. C’est que la dette enfle : 55 millions de plus l’an dernier, pour un total de 823 millions. « Nous devons arrêter ce mouvement », insiste Laurence Bovy, qui se donne pour ambition de geler la dette d’ici 2024.

► Le coût vérité à partir de 2021, fini les services gratuits aux autres institutions… Toutes nos informations sur Le Soir+.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo