Antwerp – Standard: «Les penaltys? Deux bonnes décisions», analyse Stéphane Bréda

@DR
@DR

L’Antwerp et le Standard ouvraient cette nouvelle journée de compétition. Un match décisif dans la course à la 3e place. Décryptage de l’arbitrage de cette rencontre avec notre consultant, Stéphane Bréda.

Penaly pour l’Antwerp à la 32e minute, après un accrochage de Kosanovic sur Baby : « L’arbitre se trouve à 15 mètres de la phase, soit exactement là où il doit être. L’attaquant de l’Antwerp est en avance sur son adversaire et n’a aucune raison valable de tomber à cet endroit. Sur les images, on voit l’Anversois être ralenti, mais on ne voit pas clairement le geste de Kosanovic. Ceci dit, je pense que M. Verboomen a bien fait de donner ce penalty. »

Penalty pour le Standard à la 49e minute, après une faute d’Arslanagic sur Emond : « C’est certain qu’il y a un contact fautif de la part du défenseur anversois. La question était juste de savoir si le ballon était encore dans la surface de jeu au moment de la faute. Si le cuire était hors du jeu, il n’y avait pas penalty. Mais, s’il était toujours bien en jeu, alors oui, il y a un bien penalty. C’est sans doute ce que l’arbitre a été vérifié à l’aide du VAR et il en a visiblement eu la preuve. »

Le match temporairement arrêté à la 72e minute de jeu : « On ne sait pas vraiment quelle était la nature de ces incidents et on ne sait pas si un appel micro a été effectué, mais, effectivement, l’arbitre avait le droit d’interrompre cette rencontre l’espace de dix minutes. L’idée était que les esprits se calment en tribunes, et il a jugé que 10 minutes était le temps nécessaire. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il a égalisé d’une volée magistrale. @Belga

    Par Vincent JOSÉPHY

    Division 1A

    FC Bruges: Vanaken déjà candidat au trophée du but de l’année

  • @Belga

    Par Stéphane Vande Velde

    Anderlecht

    Face à Bruges, Anderlecht n’y arrive plus

  • @News

    Par Jonas Bernard (avec J.N.)

    Anderlecht

    Anderlecht-Bruges (1-2): Antoine Colassin, une première presque rêvée

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite