Lula, l’ex-président du Brésil Lula: le pays est gouverné «par une bande de fous»

Lula en 2018 © AFP
Lula en 2018 © AFP

Le Brésil est gouverné « par une bande de fous », a déclaré vendredi l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva dans un entretien depuis sa prison à deux quotidiens, sa première interview depuis son incarcération il y a plus d’un an.

« Ce pays ne peut pas être gouverné par cette bande de fous », a déclaré Lula à Folha de S.Paulo et à El Pais. « Ce pays ne mérite pas ça et surtout le peuple ne mérite pas ça », a-t-il ajouté, dans une attaque frontale contre le gouvernement du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui a pris ses fonctions en janvier après avoir nettement battu le candidat du Parti des travailleurs (PT) de Lula.

En veste de costume gris et chemise mauve, son éternelle barbe bien taillée, l’ex-président (2003-2010) a concédé cette interview dans une salle du siège de la police fédérale de Curitiba, où il est incarcéré depuis le 7 avril 2018 pour corruption.

►Brésil : le président Bolsonaro fait retirer une pub mettant en valeur la diversité

Dans les vidéos diffusées par les médias brésilien et espagnol -- qui ont obtenu le droit de réaliser cet entretien en prison à l’issue d’une longue bataille judiciaire -- Lula apparaît vif, pugnace, loin d’être abattu par plus d’un an sous les verrous.

« Innocent »

Sur son site, Folha de S.Paulo explique que les policiers ont demandé aux journalistes de se tenir à une distance de quatre mètres de la table à laquelle Lula était assis. « Je veux sortir d’ici la tête haute, comme j’y suis entré : innocent », a déclaré l’icône de la gauche.

« Beaucoup de gens pensaient que j’aurais dû m’enfuir, quitter le Brésil ou me réfugier dans une ambassade. Mais j’ai décidé que ma place était ici », a-t-il ajouté, évoquant une « obsession de démasquer ceux qui (l)’ont condamné ». « Je peux rester en prison cent ans, mais je n’échangerai pas ma dignité contre ma liberté », a insisté Lula. « Je sais quelle place l’histoire me réserve, je sais aussi qui va finir à la poubelle », a-t-il conclu.

Accusé d’avoir reçu un appartement en bord de mer en échange de son intercession dans l’attribution de marchés publics, l’ex-président a toujours affirmé qu’il avait été condamné sans preuve.

Condamné en première instance à 9 ans et six mois de réclusion par le juge Sergio Moro, devenu ministre de la Justice du gouvernement Bolsonaro, Lula a vu sa peine, alourdie dans un premier temps en appel, finalement réduite à 8 ans et dix mois mardi par le Tribunal Supérieur de Justice.

Grâce à cet allègement de peine, il pourrait passer dès fin septembre ou début octobre au régime « semi-ouvert », qui autorise un condamné à sortir pendant la journée pour travailler, mais l’oblige à rentrer le soir dans sa cellule.

Mais Lula est également mis en cause dans plusieurs autres affaires de corruption.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite