Kristof Calvo (Groen): «C’est du 100% De Wever: à chaque élection, il se cherche des ennemis»

Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Kristof Calvo ( Groen) © Belga
Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Kristof Calvo ( Groen) © Belga

Le parti flamand écologiste pourrait-il gouverner avec le parti nationaliste lors de la prochaine législature ? Pour Bart De Wever, cette alliance est impossible. Alors que les deux partis ont le vent en poupe, le député fédéral Kristof Calvo (Groen) a affirmé ce samedi dans les colonnes de La Libre que si les verts remportent les élections du 26 mai, « la N-VA sera contournable ».

Cette semaine, le président du parti nationaliste évoquait un risque de « tsunami d’impôts » si la gauche mais aussi les écologistes arrivaient au gouvernement. Ce samedi, le député fédéral Kristof Calvo (Groen) a expliqué que « ce débat sur la fiscalité méritait plus de sérieux que ce genre de slogan ».

Débat : Jean-Marc Nollet survolté face à un Bart De Wever agacé

Cité comme possible futur Premier ministre, Kristof Calvo reconnaît cependant être dur en ce qui concerne la version de l’impôt sur la fortune que le parti défend.

« Nous demandons une contribution modeste aux grosses fortunes. Pour les patrimoines de plus d’un million d’euros, Groen propose une taxe de base de 0,15 % avec une progression jusqu’à 0,5 %. Et l’argent récolté ira à la baisse de la fiscalité sur le travail », indique l’homme politique qui affirme que « l’Etat gagnera plus d’argent qu’il n’en perdra avec cet impôt ».

Grand Baromètre : en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

Les inquiétudes de Bart De Wever

« Nous devons bloquer l’arrivée de Kristof Calvo au 16 », avait réagi mercredi Bart De Wever, inquiet suite à la publication des résultats d’un sondage réalisé par la VRT, du Standaard, de la RTBF et de La Libre. « C’est du 100 % De Wever : à chaque élection, il se cherche des ennemis. Nous, nous cherchons des partenaires », a commenté le député fédéral Groen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite