Accueil Opinions Chroniques

L’arnaque «gilets jaunes»

Aucune des annonces faites par le président Macron à la suite du grand débat national ne semble satisfaire le mouvement social qui a pris racine il y a quelques mois dans l’Hexagone. Ce qui porte à croire que leur moteur n’est rien d’autre que le renversement du pouvoir.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

C’est un classique. Mais un classique qui devient de plus en plus ridicule et de plus en plus lamentable.

Après que le président de la République s’est adressé au pays, on a été submergé de réactions qui toutes auraient pu être écrites ou formulées avant même qu’il ait parlé. Nous aurions pu d’ailleurs les écrire ou les formuler à la place des « réacteurs » tant elles étaient mécaniques et répétitives… et déconnectées de ce à quoi elles sont censées réagir.

A gauche, comme à droite, il ne s’agissait pas d’analyser une réalité (en l’occurrence, l’allocution présidentielle) mais de déclencher la machine à rediffuser un discours préenregistré depuis belle lurette, de gauche toute, ou de droite toute (qui n’a rien à voir, évidemment, avec ce que la droite ou la gauche réalisent une fois qu’elles sont au pouvoir).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Léger François, mercredi 1 mai 2019, 17:49

    Il n'y a pas de finalité, seulement un 'ras le bol'. La boite de pandore est ouverte, bonne chance pour la refermer. Bien sur, tout un tas d'opportunistes profite de la situation et jette de la désinformation en pâture pour servir leurs intérêts.

  • Posté par Carré Albin, mercredi 1 mai 2019, 0:42

    Je propose une simplification radicale des institutions. Suppression de l'assemblée nationale et du sénat et de l'ensemble des organes annexes. Formation d'un gouvernement composé d'un certain nombre de représentants des lobbies industriels et financiers les plus importants qui seraient permanents et d'un quota de lobbies secondaires qui seraient renouvelés suivant une règle à définir par les plus puissants. Plus de personnel politique, une vision non brouillée du fonctionnement de l'état, que du bonheur! Cette formule fonctionne partout dans le monde et beaucoup d'options peuvent être mises en place pour éviter toute résistance. Alors, que faisons-nous, continuer à faire semblant ou regarder la réalité en face?

  • Posté par sarot jean-françois , mardi 30 avril 2019, 11:22

    La façon dont E. Macron s'exprime avec beaucoup d'images, d'emphases, de mots complexes, voire de concepts compliqués, est très peu audible par les gilets jaunes, là où un Sarkozy ou un Chirac allait droit au but, et savait se faire entendre des classes populaires.

  • Posté par De Bilde Jacques, mardi 30 avril 2019, 8:06

    A 1 mois des élections, que ni la gauche ni la droite ne donne crédit à la "mercuriale du Président Macron" n'a rien d'étonnant. Chacun surfe sur le mécontentement populaire et la cote de défiance à l'égard de Macron, pour s'attirer leur vote. En ce qui concerne les gilets jaunes la vraie question ne porte pas sur l'hétérogénéité de leurs revendications mais sur le fait que ce mouvement social inédit est le reflet d'un fossé grandissant qui se creuse entre la société civile et la la classe politique; qu'on ne croit plus au modèle de démocratie représentative actuel. Je partage l'analyse de Vincent de Coorebyter qui répond à la question d'un journaliste "Le schéma démocratique tel qu’on le connaît est donc menacé ?" Très clairement. Et d’autant plus que les politiques sont loin d’être les seuls à être mis en cause. Ce sont toutes les fonctions de représentation, d’expertise, d’autorité qui sont de plus en plus discréditées : le monde politique, la justice, la science, la presse, les économistes, tous « complices du système »…(Chronique parue dans le journal le Soir du 08/12/2018).

  • Posté par Van Parys Etienne, lundi 29 avril 2019, 18:46

    Et-ce que les "Gilets Jaunes" ont un minimum d'analyse? de réflexion sur des propositions qui sortent d'un Pow-Wow qui a impliqué des milliers de Français? Que le Président Macron n'ait pas repris telles quelles leurs revendications qui vont dans tous les sens et ne sont pas concoctées en une politique cohérentes, ne devrait pas les surprendre. Dans une négociation on n'obtient jamais 100% de ce que l'on met sur la table. Mais de plus il y a trop d'incohérence dans les revendications disparates des "Gilets Jaunes". D'un amas de frustration on ne sort pas une politique. Voyons ce qui sera réellement mis en place par le Gouvernement français sur base des propositions énoncées par le Président.

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs