Chili: découverte de la plus vieille empreinte humaine

© Reuters
© Reuters

La plus vieille empreinte humaine du continent américain date de 15.600 ans et a été découverte sur le site archéologique de Pilauco, au sud du Chili, ont annoncé des scientifiques à des médias locaux.

Cette trace de pas, qui serait celle d’un homme de 70 kg environ, a été découverte en 2011. L’équipe scientifique essayait depuis de dater cette empreinte avec précision.

«Il existe d’autres empreintes humaines sur le continent américain, mais aucune aussi ancienne. (La datation) a été possible grâce au matériel organique végétal (où elle a été trouvée) à l’aide du carbone 14», a déclaré le géologue Mario Pino au quotidien El Austral de Osorno.

►Qui était Homo luzonensis, la nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines? (vidéo)

Depuis 2007, un groupe de scientifiques de l’université australe du Chili réalise des fouilles sur le site de Pilauco, situé dans la ville d’Osorno, à plus de 800 km au sud de la capitale Santiago. Leur travail a été publié mercredi dans la revue scientifique PLOS ONE.

En mars 2018, des traces de pas d’humains mises au jour sur une île le long de la côte de la Colombie-Britannique, dans l’Ouest canadien, avaient été datée d’environ 13.000 ans, ce qui en faisait les plus vieilles découvertes en Amérique du Nord, selon une étude publiée à l’époque également dans la revue PLOS ONE.

►Le plus grand géoglyphe du Chili vandalisé: les 3 touristes belges ont été condamnés

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite