Mons-Hainaut n’a vraiment pas été ridicule contre Anvers

Mons-Hainaut n’a vraiment pas été ridicule contre Anvers

Avec Lasisi et Cage dans le cinq de base et Chrabascz sur le banc, les Renards ne loupaient pas leur entame : 11-10 (5e). Au moment des rotations, Anvers s’appuyait sur Sanders pour inverser la tendance, malgré un excellent Smith (3/4) : 19-23 (10e). Malgré les efforts déployés, les protégés de Daniel Goethals lâchaient prise avant le quart d’heure : 23-33 (15e). Mons-Hainaut n’a pas trouvé de solutions suite aux sorties de Cage et Smith qui avaient disputé l’intégralité du premier quart. Celui qui allait garder l’église au milieu du village pour les Anversois, c’est Thomas Akyazili. Avec 12 points inscrits, le back-up de Paris Lee a permis à son équipe de faire la course en tête : 32-40 (20e)

Après les citrons, les Giants en ont remis une couche avec Sanders. Ajoutez des lancers ratés (1/5 pour Cage), les envois de Moris qui tournoient autour de l’anneau ainsi que le petit coup de pouce du ref Demuynck et vous savez pourquoi Anvers a continué à faire la course en tête à la demi-heure : 51-57. Après 58-61 (34e), les Anversois ont été obligés d’élever leur niveau de jeu et de faire appel à Lee pour l’emporter. Il n’a pas manqué grand-chose aux Renards pour revendiquer la victoire. Ils ont géré ce match avec sérieux. Ils n’ont rien lâché mais ils n’avaient pas la profondeur de banc des Anversois

Place maintenant au back-to-back contre Louvain pour les Renards.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

  3. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite