Un mannequin brésilien meurt subitement lors d’un défilé

Hommage à Tales Cotta lors de la Fashion Week au Brésil © AFP
Hommage à Tales Cotta lors de la Fashion Week au Brésil © AFP

Un mannequin brésilien de 26 ans est mort subitement samedi lors d’un défilé lors de la semaine de la mode de São Paulo (SPFW), ont rapporté les organisateurs.

« La SPFW vient d’apprendre la mort du mannequin Tales Soares, qui a été victime d’un malaise durant le défilé d’Också », une marque brésilienne, ont indiqué les organisateurs dans un communiqué. Ils n’ont donné aucune précision sur les causes de ce décès.

Le jeune homme, dont le nom de scène était Tales Cotta, s’est évanoui au moment où il se retournait pour quitter le podium.

Les pompiers, présents sur place, sont aussitôt intervenus devant des dizaines de spectateurs stupéfaits, selon des informations de la presse locale.

Också s’est dit sur Instagram « effondré par la nouvelle » du décès.

La Fashion Week de São Paulo est l’événement mode le plus important en Amérique Latine. Elle avait débuté le 22 avril et se terminait samedi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite