Accueil Monde Europe

Espagne: qui sont les votants de VOX, le parti d’extrême droite?

Les Espagnols ont commencé à voter dimanche dans des législatives marquées par une résurgence de l’extrême droite plus de 40 ans après la mort du dictateur Francisco Franco.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

« Pour l’Espagne ». Le slogan du parti d’extrême droite espagnol VOX peut sembler simple et anodin mais il résume l’idée fédératrice de son parti. Ces dernières semaines de campagne, aux quatre coins du pays, la grande majorité des militants présents aux meetings de la formation expliquaient leur vote pour Vox par l’argument omniprésent : « Ils défendent l’unité de l’Espagne ».

Cette unité a été bouleversée en 2017, en pleine crise catalane, alors que les sécessionnistes avaient convoqué un référendum d’autodétermination, interdit et réprimé par le gouvernement central. Pour le sociologue spécialiste de l’extrême droite en Europe, Guillermo Fernández Vázquez, Vox « est la réaction nationaliste à la blessure patriotique de la crise catalane ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Kavanagh Gabrielle, dimanche 28 avril 2019, 16:04

    Qui sont les votants de VOX, le parti d’extrême-droite? Les mal-comprenant.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 28 avril 2019, 14:18

    Dans une société qui n'a jamais autant permis de s'informer très vite, il est particulièrement effrayant de constater à quel point les ravages des nationalismes qui ont toujours engendré des catastrophes ne sont pas plus pris en compte par tous ceux qui se jettent aujourd'hui dans les mêmes choix. Apprenez-donc à regarder l'histoire!

  • Posté par Marchal Michel, dimanche 28 avril 2019, 15:48

    Disons plutôt : " dans une société qui n'a jamais autant permis de se DÉformer très vite" et à avaler toutes les idées simplistes sans chercher à réfléchir ni à analyser les propositions des champions populistes, plus tribuns que concrets. Mais vous avez raison, c'est effrayant. "Le nationalisme, c'est la guerre".

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs