Accueil Belgique Politique

Wallonie: le monde du logement public demande 100.000 logements sociaux en plus

Le secteur wallon du logement social au bord de la crise de nerfs. De législature en législature, la Région ne semble pas prendre la mesure des enjeux. Les sociétés publiques réclament que le dossier figure en tête des priorités.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Le monde du logement public, et donc essentiellement du logement social, est au bord de la crise de nerfs. Les mandataires et les directeurs-gérants à la tête des 64 sociétés locales actives en Wallonie ont plus que jamais l’impression de prêcher dans le désert alors que s’annonce un rendez-vous électoral crucial. Ils mettent la pression sur les candidats, toutes tendances confondues : « Le logement doit être la priorité absolue de la future majorité pour les années à venir. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Petre Eric, lundi 29 avril 2019, 10:26

    Un des gros problèmes du logement social c'est que le différentiel avec les prix du marché est tel qu'il constitue un piège à la précarité. Personne n'a intérêt à dépasser le seuil des revenus modestes au risque de perdre son logement en fin de bail. D'autre part il ne faut pas se faire d'illusions : la Wallonie n'a pas les moyens de financer autant de logements qu'il y a de demandes. Pour ces deux raisons, pourquoi ne pas limiter le logement social au bail court terme (3 ans renouvelable une seule fois) ?

  • Posté par Clodong André, lundi 29 avril 2019, 9:17

    Une seule société publique du logement pour toute la Wallonie serait un grand pas en avant. Un seul conseil d'administration (12 membres au plus) payés au jeton de présence.

  • Posté par Giot Francis, dimanche 28 avril 2019, 21:23

    Plus que des logements sociaux, qui déresponsabilisent ceux qui en bénéficient, c'est l'accès à la propriété qu'il conviendrait de favoriser. Dans les années 60 et 70 la Petite Propriété Terrienne jouait ce rôle à merveille ; elle donnait l'occasion à ceux qui ne pouvaient recevoir d'aide de personne et qui avaient de petits salaires d'accéder à la propriété. Mes parents étaient de ceux-là et aujourd'hui, sans cette maison de la petite propriété terrienne, modeste mais très convenables, ma mère aurait bien des difficultés à vivre avec une petite pension et un loyer à payer. Cette maison de la petite Proprété Terrienne a fait la fierté de nos parents et fait encore la nôtre aujourd'hui.

  • Posté par GODFROID Thierry, lundi 29 avril 2019, 17:23

    Très juste ! Et cela responsabilise les occupants. Mais "responsabilité " est devenu un gros mot ...

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs