Légaliser le cannabis pourrait rapporter 150 millions à l’Etat belge

La marijuana légale ne réjouit pas que ses consommateurs
: les investisseurs et les grands groupes producteurs des drogues légales les plus populaires de la planète voient, eux aussi, dans la fleur de cannabis le potentiel d’un avenir «
paisible
».
La marijuana légale ne réjouit pas que ses consommateurs : les investisseurs et les grands groupes producteurs des drogues légales les plus populaires de la planète voient, eux aussi, dans la fleur de cannabis le potentiel d’un avenir « paisible ». - DR.

Faut-il légaliser le cannabis ? La proposition figure dans les cartons de la plupart des organisations jeunes des partis belges, Elio Di Rupo l’a mise en avant récemment pour le PS, mais la mesure est loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique et de la société belge. Le Groupe du Vendredi, un cercle de réflexion regroupant une vingtaine de jeunes bilingues (25-35 ans), soutenus par la Fondation Roi Baudouin, vient de réaliser pour Le Soir une étude qui risque de relancer le débat.

Les scientifiques étudient les conséquences pour les finances publiques belges de trois scénarios de légalisation : une dépénalisation simple, une gestion contrôlée par l’Etat et un marché concurrentiel. En prenant en compte les effets sur les coûts de la justice, de la santé publique, les nouvelles recettes fiscales… les auteurs en arrivent à la conclusion que les trois scénarios de dépénalisation rapporteraient de l’argent à l’Etat. Et c’est le scénario d’une gestion par l’Etat qui dégagerait la marge la plus élevée : 144 millions d’euros.

Au-delà de l’aspect financier, l’effet sur la santé publique serait aussi important. Alexis Goosdeel, le directeur de l’Office européen des drogues et toxicomanies, met en garde. Pour lui, « le cannabis n’est pas anodin comme de l’eau du robinet ». Selon l’expert, « il y a une évidence scientifique suffisante, mais qui reste à approfondir, sur les effets négatifs liés à l’usage de cannabis avec une forte dose de THC, sur le développement cognitif ».

Pour rappel, la législation belge sur le cannabis est ambiguë. Consommer est illégal mais dans les faits, la justice ne poursuit presque plus pour usage personnel mais s’attaque aux infractions les plus graves. Cette étude pourrait relancer le débat pour sortir de cette situation un peu floue.

Notre dossier

Légaliser le cannabis peut rapporter jusqu’à 144 millions à l’État

Le Colorado, labo de la légalisation du cannabis

Quand la beuh fait le buzz sur les marchés

Le cannabis aux Pays-Bas, voyage en «absurweed»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite