Légaliser le cannabis pourrait rapporter 150 millions à l’Etat belge

La marijuana légale ne réjouit pas que ses consommateurs
: les investisseurs et les grands groupes producteurs des drogues légales les plus populaires de la planète voient, eux aussi, dans la fleur de cannabis le potentiel d’un avenir «
paisible
».
La marijuana légale ne réjouit pas que ses consommateurs : les investisseurs et les grands groupes producteurs des drogues légales les plus populaires de la planète voient, eux aussi, dans la fleur de cannabis le potentiel d’un avenir « paisible ». - DR.

Faut-il légaliser le cannabis ? La proposition figure dans les cartons de la plupart des organisations jeunes des partis belges, Elio Di Rupo l’a mise en avant récemment pour le PS, mais la mesure est loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique et de la société belge. Le Groupe du Vendredi, un cercle de réflexion regroupant une vingtaine de jeunes bilingues (25-35 ans), soutenus par la Fondation Roi Baudouin, vient de réaliser pour Le Soir une étude qui risque de relancer le débat.

Les scientifiques étudient les conséquences pour les finances publiques belges de trois scénarios de légalisation : une dépénalisation simple, une gestion contrôlée par l’Etat et un marché concurrentiel. En prenant en compte les effets sur les coûts de la justice, de la santé publique, les nouvelles recettes fiscales… les auteurs en arrivent à la conclusion que les trois scénarios de dépénalisation rapporteraient de l’argent à l’Etat. Et c’est le scénario d’une gestion par l’Etat qui dégagerait la marge la plus élevée : 144 millions d’euros.

Au-delà de l’aspect financier, l’effet sur la santé publique serait aussi important. Alexis Goosdeel, le directeur de l’Office européen des drogues et toxicomanies, met en garde. Pour lui, « le cannabis n’est pas anodin comme de l’eau du robinet ». Selon l’expert, « il y a une évidence scientifique suffisante, mais qui reste à approfondir, sur les effets négatifs liés à l’usage de cannabis avec une forte dose de THC, sur le développement cognitif ».

Pour rappel, la législation belge sur le cannabis est ambiguë. Consommer est illégal mais dans les faits, la justice ne poursuit presque plus pour usage personnel mais s’attaque aux infractions les plus graves. Cette étude pourrait relancer le débat pour sortir de cette situation un peu floue.

Notre dossier

Légaliser le cannabis peut rapporter jusqu’à 144 millions à l’État

Le Colorado, labo de la légalisation du cannabis

Quand la beuh fait le buzz sur les marchés

Le cannabis aux Pays-Bas, voyage en «absurweed»

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite