Accueil Sports Cyclisme Route

Cyclisme: Philippe Gilbert a sauvé le printemps des Belges

Le niveau des courses printanières, et pas seulement dans les classiques, a subjugué les suiveurs. Des individualités, des équipes ont séduit, d’autres ont déçu. Décryptage.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Entre bleu et gris mais sous un soleil finalement bienveillant, on dira un ciel turquoise pour ne pas sombrer dans la périphrase, Jakob Fuglsang de l’équipe Astana a conclu en bord de Meuse à Liège, une première depuis 1991, une campagne de classiques printanières absolument exceptionnelle. D’autant que le Danois, le premier à s’imposer ici depuis Rolf Sörensen (1993), avait pratiquement annoncé son succès, rejoignant ainsi dans le palmarès des vainqueurs du printemps, la perfection absolue ou presque. Pas question ici de sortir un lauréat plutôt qu’un autre, même si Van der Poel a gangrené l’audimat et affolé les compteurs. Les audiences en attestent, la qualité de la course, celle des athlètes, ont animé une campagne inattendue, riche, au cyclisme alerte et inventif, avec une touche de jeunisme, précisément dans un domaine où l’expérience joue, paraît-il, un rôle capital.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs