La destruction de la nature menace l’Homme «au moins autant» que le réchauffement, affirme l’ONU

Des déchets plastiques submergent la plage de Bao, près de Dakar © AFP
Des déchets plastiques submergent la plage de Bao, près de Dakar © AFP

Le message lancé lundi à l’ouverture d’une réunion mondiale sur la biodiversité est clair : la destruction de nature menace l’Homme « au moins autant » que le changement climatique et mérite donc autant d’attention pour éviter des impacts dévastateurs.

Le premier avertissement pour réchauffement climatique date de… 1896

Scientifiques et diplomates de plus de 130 pays sont réunis jusqu’à samedi pour adopter la première évaluation mondiale des écosystèmes depuis près de 15 ans, un sombre inventaire de la nature vitale pour l’humanité.

« Preuves incontestables »

« Les preuves sont incontestables : notre destruction de la biodiversité et des services écosystémiques a atteint des niveaux qui menacent notre bien-être au moins autant que les changements climatiques induits par l’Homme », a déclaré Robert Watson, au premier jour de la réunion d’experts et de diplomates de plus de 130 pays.

En Belgique, plus de 10.000 décès prématurés à cause de la pollution

Le groupe d’experts a travaillé pendant trois ans sur un rapport de 1.800 pages qui devrait devenir la véritable référence scientifique en matière de biodiversité comme le sont ceux du Giec pour le climat.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite