Accueil

Espagne: la Commission électorale exclut Carles Puigdemont des élections européennes

L’indépendantiste catalan avait été désigné tête de liste de son parti aux européennes.

Temps de lecture: 2 min

La Commission électorale espagnole a exclu l’ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont, de la liste des candidats inscrits pour les élections européennes, a indiqué lundi son parti indépendantiste. Deux autres indépendantistes catalans en exil ont également été interdits de se présenter aux européennes : Toni Comín et Clara Ponsatí.

Le parti indépendantiste de Carles Puigdemont, « Ensemble pour la Catalogne », a transmis à la presse ce 29 avril une résolution des autorités électorales espagnoles, stipulant l’interdiction pour l’ex-président catalan de se présenter aux élections européennes de mai. Selon cette formation, les autorités électorales veulent ainsi « réduire au silence » Carles Puigdemont.

Le jour où Carles Puigdemont a débarqué en Belgique

Contactées par l’AFP, les autorités électorales se sont refusées à tout commentaire.

Deux partis ont empêché la candidature de Carles Puigdemont

Le Parti populaire (PP, droite) et les libéraux de Ciudadanos avaient présenté un recours devant les autorités électorales pour empêcher la candidature de M. Puigdemont.

Principale figure de la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017, M. Puigdemont a quitté l’Espagne pour échapper à des poursuites judiciaires et vit actuellement en Belgique.Sur Twitter, le dirigeant du PP, Pablo Casado, s’est dit «satisfait de la décision de la Commission électorale». Ce que M. Puigdemont «doit faire c’est venir en Espagne et comparaître devant les tribunaux», a-t-il ajouté.

Le nationalisme catalan, comment en est-on arrivé là ?

La principale figure du parti libéral Ciudadanos en Catalogne, Inés Arrimadas, a écrit sur Twitter, à propos de M. Puigdemont qu’elle présente régulièrement comme «un putschiste": «Quand on fait un coup d’Etat et on s’enfuit, on ne peut PAS représenter en Europe l’Etat où on a perpétré ce coup».

La Commission électorale espagnole a exclu l’ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont, de la liste des candidats inscrits pour les élections européennes, a indiqué lundi son parti indépendantiste. Deux autres indépendantistes catalans en exil ont également été interdits de se présenter aux européennes : Toni Comín et Clara Ponsatí.

À lire aussi Carles Puigdemont, l’indépendantiste catalan obstiné

Le parti indépendantiste de Carles Puigdemont, « Ensemble pour la Catalogne », a transmis à la presse ce 29 avril une résolution des autorités électorales espagnoles, stipulant l’interdiction pour l’ex-président catalan de se présenter aux élections européennes de mai. Selon cette formation, les autorités électorales veulent ainsi « réduire au silence » Carles Puigdemont.

Le jour où Carles Puigdemont a débarqué en Belgique

Contactées par l’AFP, les autorités électorales se sont refusées à tout commentaire.

Deux partis ont empêché la candidature de Carles Puigdemont

Le Parti populaire (PP, droite) et les libéraux de Ciudadanos avaient présenté un recours devant les autorités électorales pour empêcher la candidature de M. Puigdemont.

À lire aussi Carles Puigdemont au «Soir» en 2017: «Une autre solution que l’indépendance est possible»

Principale figure de la tentative de sécession de la Catalogne en octobre 2017, M. Puigdemont a quitté l’Espagne pour échapper à des poursuites judiciaires et vit actuellement en Belgique.Sur Twitter, le dirigeant du PP, Pablo Casado, s’est dit «satisfait de la décision de la Commission électorale». Ce que M. Puigdemont «doit faire c’est venir en Espagne et comparaître devant les tribunaux», a-t-il ajouté.

Le nationalisme catalan, comment en est-on arrivé là ?

La principale figure du parti libéral Ciudadanos en Catalogne, Inés Arrimadas, a écrit sur Twitter, à propos de M. Puigdemont qu’elle présente régulièrement comme «un putschiste": «Quand on fait un coup d’Etat et on s’enfuit, on ne peut PAS représenter en Europe l’Etat où on a perpétré ce coup».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Baut Jean, lundi 29 avril 2019, 15:43

    Saperlipopette: réfugiés à Waterloo ou en prison, c'est pour ça qu'on aurait pu voter? Autant dire qu'en Belgique Dutroux aurait pu devenir député ou sénateur, alors.

  • Posté par LAURENT Christian, lundi 29 avril 2019, 16:36

    Vous devez être un vrai facho pour en sortir de pareilles!!! Quel rapport entre Puigdemont, qui a agi par et pour le peuple catalan et Dutroux, pervers, sadique et criminel? "C'est pour çà qu'on aurait pu voter": quel mépris vous affichez! A moins que vous ne soyez un fan des partis franquistes?

  • Posté par Carré Albin, lundi 29 avril 2019, 15:50

    Voilà bien une comparaison inopportune! Sans être le moins du monde nationaliste et/ou séparatiste, empêcher et sanctionner une opinion ou une action politique non violente est indigne d'une véritable démocratie.

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une